Facebook : pas de bouton "J'aime pas" mais 6 émoticônes [Vidéo]

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

A défaut d’un bouton "j’aime pas", Facebook a mis en test des émoticônes depuis le 8 octobre 2015, en Espagne et en Irlande. Facebook ne sera donc plus l’empire du "like". 

Le rire, la joie, la surprise, la tristesse, la colère et un cœur sont les six réactions maintenant proposées par Facebook.
Le rire, la joie, la surprise, la tristesse, la colère et un cœur sont les six réactions maintenant proposées par Facebook. © Facebook

Du changement chez Facebook. Le réseau social de Mark Zuckerberg évolué : il teste 6 émoticônes en réaction aux publications postées sur ses murs, à partir du 8 octobre 2015, en Irlande et en Espagne. Chris Cox, chef de produit chez Facebook, a dévoilé une vidéo présentant le système. Il explique que Facebook "a étudié quels commentaires et quelles réactions sont les plus communs et universels sur Facebook, nous avons travaillé sur un design et une expérience élégante et fun". De longue date, les utilisateurs de Facebook se sont emballés autour de l’idée d’un bouton "je n’aime pas", et les rumeurs ont été nombreuses. Mais Chris Cox explique que "ce n’est pas un bouton je n’aime pas, et nous espérons que cela colle à l’esprit de la demande plus largement". Ces réactions pourront être faites aux publications d’amis, de marques, d’annonceurs. Les boutons j’aime permettent d’identifier et de proposer aux utilisateurs des contenus qu’ils sont susceptibles d’aimer, mais aussi du ciblage publicitaire. Celui-ci pourrait être plus précis encore grâce à ces réactions.

Facebook refuse le bouton "je n’aime pas"

Cette évolution du réseau social, ne se traduit pas par un changement de philosophie pour autant. Marc Zuckerberg a toujours refusé à l’installation d’un bouton "dislike" qu’il trouve négatif. TechCrunch rapportait, en septembre 2015, les propos du PDG de Facebook à ce sujet : "Nous ne voulons pas construire un bouton je n’aime pas, car nous ne voulons pas voir Facebook devenir un forum ou les personnes votent positivement ou négativement sur les post des autres. Ce n’est pas le genre de communauté que nous voulons créer"

Les nouvelles réactions possibles sur Facebook

 

 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA