Fagor-Brandt, un colosse aux pieds d'argile

|
Retour sur la chute en 2013 du leader français de l'électroménager
Retour sur la chute en 2013 du leader français de l'électroménager

Les fissures étaient depuis longtemps apparentes. Tout le monde, du moins dans les milieux autorisés comme l’on dit, le savait mais personne ne pensait ou ne voulait pour autant croire que l’édifice s’effondrerait un jour.  Comment imaginer en effet la chute d’un leader ? Et pourtant c’est arrivé ! Le numéro un français de l’électroménager, véritable colosse aux pieds d’argile,  a sombré en seulement quelques semaines, révélant au grand jour ses difficultés financières (et une dette de 156 millions d’euros).  Un choc pour le secteur qui avait déjà vécu dans la douleur le retentissant dépôt de bilan de Moulinex en 2001.

 

L'espoir est permis

Placé en redressement judiciaire le 7 novembre, Fagor-Brandt va-t-il, à l’instar de Moulinex justement, renaitre de ses cendres ? L’espoir est permis bien sûr au vu de son portefeuille de marques notamment. Tout le monde, gouvernement compris, semble en tous cas y mettre beaucoup de bonne volonté. Fort heureusement pour les 1800 emplois en jeu. Premiers éléments de réponses attendus le 17 janvier, date limite (initialement prévue au 13 décembre) de dépôt des offres de reprise. « Des investisseurs et repreneurs potentiels se seraient déjà montrés intéressés pour essayer de bâtir un projet sérieux et pérenne », indiquait mi-décembre le fabricant.  Un projet sérieux et pérenne, voilà bien là tout l’enjeu ! Gageons en effet que ces dits repreneurs ne se contenteront pas seulement de colmater la brèche mais qu’ils proposeront bel et bien de bâtir des fondations solides pour assurer l'avenir de ce colosse.     

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter