Marchés

FagorBrandt : le tribunal reporte sa décision au 13 mars

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Nouveau délai pour les repreneurs potentiels de FagorBrandt. Le tribunal de commerce de Nanterre a annoncé le renvoi au 13 mars des offres de reprise concernant la filiale française du groupe espagnol Fagor, placée en redressement judiciaire depuis novembre dernier. Si Cevital a signé hier avec la maison-mère espagnole un accord concernant la cession des marques, la procédure espagnole requiert un délai entre la signature et la cession effective. Un délai que devrait mettre à profit les autres candidats, Variance Technologies notamment, pour conclure avec Cevital des accords de sous-traitance pour les sites vendéens délaissés par le conglomérat algérien.

La reprise de FagorBrandt sera examinée par le tribunal de commerce de Nanterre le 13 mars prochain, le temps pour Cevital de parachever l'accord de reprise des marques signé hier avec Fagor en Espagne.
La reprise de FagorBrandt sera examinée par le tribunal de commerce de Nanterre le 13 mars prochain, le temps pour Cevital de parachever l'accord de reprise des marques signé hier avec Fagor en Espagne.

Comme attendu, le tribunal de commerce de Nanterre a annoncé le report de l'examen des dossiers de reprise de FagorBrandt au 13 mars prochain. En cause, la reprise des marques, signées hier entre la maison-mère espagnole Fagor et Cevital, le candidat offrant la reprise la plus large. "La société Cevital, candidate à la reprise des sites d’Orléans, Vendôme, Rueil et Cergy, et de 1202 postes, a conclu ses négociations avec les organes de la procédure en Espagne pour l’obtention des marques. Le contrat de cession des marques a été signé en date du 26 février. Le calendrier de la procédure espagnole imposant un délai entre la signature du contrat et la date de cession effective des marques, Cevital n’a pas encore levé les conditions suspensives liées à son offre pour FagorBrandt", explique la direction de FagorBrandt dans un communiqué.

Des accords à trouver pour les repreneurs partiels
Ce nouveau délai devrait également permettre aux deux autres candidats à une reprise partielle - notamment des sites vendéens sur lesquels Cevital ne souhaite pas se positionner - de peaufiner leurs offres. "La société Variance, candidate à la reprise des sites vendéens de La Roche sur Yon et d’Aizenay,  a déposé ce jour un projet, modifié par rapport à sa proposition initiale. Celui-ci reste notamment soumis à la possibilité d’un accord à conclure avec Cevital sur des possibilités de sous-traitance", explique-t-on chez FagorBrandt. Même problème pour le troisième repreneur potentiel, NDC qui s’est fait connaître récemment pour la reprise du site d’Aizenay, dans l’intention d’y réaliser à terme des activités de déconstruction automobile. "Ce projet, nécessite également un accord avec le repreneur principal de FagorBrandt, pour que soit assurée l’activité du site et permettre sa reconversion industrielle", pointe-t-on chez FagorBrandt. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA