Faire évoluer les lignes de caisses

|

Dossier Toujours plus rapides, pratiques, ergonomiques... Les caisses s'adaptent en permanence aux besoins des distributeurs comme des clients. Plusieurs virages sont négociés actuellement, depuis le matériel réversible jusqu'au « cash management ».

«Veuillez glisser vos pièces et billets dans les automates s'il vous plaît. » Les clients d'au moins trois Intermarché vont devoir s'y

Pus rapide

Cette caisse « 360 degrés », signée Wincor Nixdorf et Datalogic, enregistre 100 articles à la minute, grâce à une arche de scanning affichant une très haute performance.

habituer, leur magasin vient de se munir d'automates de gestion des pièces et billets, en bout de caisse. Une fois les articles scannés par l'hôtesse, les clients doivent glisser leurs espèces dans ce périphérique, qui détecte aussi les faux billets.

Un nouveau départ semble se dessiner pour le « cash management », longtemps resté au stade de mirage, tant les tests et pilotes s'éternisaient depuis quelques années. « La greffe prend ! se réjouit Onur Sevil, manager comptes clés chez Gunnebo, le fabricant suédois, qui a équipé les trois Intermarché de ses modules SafePay. Les différents projets concernent à la fois le front office, c'est-à-dire les paiements en espèces aux caisses, mais aussi le back office, à savoir la préparation de fonds de caisse. » Un distributeur confirme que « plusieurs appels d'offres sont en cours, surtout pour le back office ». La tendance s'étend au-delà de nos frontières. En Angleterre, Asda vient ainsi d'annoncer un déploiement, avec du matériel NCR.

Flux d'argent à la trace

Vente assistée ou pas, au choix

Les caisses réversibles, où le client scanne lui-même son article et qui peuvent rebasculer en caisse traditionnelle, commencent à trouver leur public. Auchan va s’en munir auprès de Fujitsu

Il faut dire que les fabricants ont ajusté leurs prix tandis que les enseignes implantent ces automates sur des îlots de caisses bien ciblés, afin de contenir les coûts et, surtout, s'adapter à la clientèle du magasin, le nombre de paiements en espèces variant d'un point de vente à l'autre. Le retour sur investissement, selon Onur Sevil, est intéressant dès lors que le magasin enregistre « 10% des paiements en pièces et billets ».

La valeur ajoutée de ces solutions est encore plus évidente en y intégrant le back office, ainsi que les logiciels de gestion. Le tout permet d'avoir une visibilité immédiate sur les opérations en magasins, afin de tracer les flux d'argent entrants et sortants, et de communiquer de manière efficace avec les transporteurs de fonds, parfois chargés aussi des réassorts des automates de paiement. « Le fait que le personnel ne manipule plus les espèces est également un point important pour diminuer le risque de vol et de braquage », constate Onur Sevil.

Les lignes bougent en matière de caisses, et pas sous la seule impulsion du cash management. Un autre type de matériel, lui aussi longtemps resté au stade de promesse, commence à se déployer. Il s'agit des caisses réversibles. Le principe ? Une caisse hybride, qui passe en une fraction de seconde d'un modèle de self-checkout (SCO, où le client scanne et paie lui-même ses articles) à celui de caisse traditionnelle. Auchan, par exemple, va équiper plusieurs magasins de caisses réversibles conçues par Fujitsu. Cet équipement d'un nouveau genre s'adresse aux clients qui comptent entre dix et vingt articles dans leur chariot. « Nous leur proposons une solution pour passer plus vite en caisse, car ils préfèrent généralement aller aux caisses traditionnelles, qui sont déjà un passage obligé pour les gros chariots », précise Laurence Vallana, la responsable retail du groupe japonais.

Adaptabilité immédiate

C'est là que ce nouveau type de matériel prend son sens. Il constitue une réelle alternative pour la clientèle « dix à vingt produits » en leur proposant, en mode SCO, de ne plus avoir à peser tous ses articles après les avoir scannés. Donc de gagner du temps. « Grâce à une douchette fixe et à une autre mobile, le client peut scanner ses packs d'eau dans son chariot, par exemple, sans avoir à le poser sur la balance de contrôle, décrit Laurence Vallana. Mais ces opérations restent surveillées : elles sont signalées au niveau des hôtesses de caisses, qui peuvent vérifier à distance ou à proximité, sur ordinateur ou tablettes, que la personne a bien deux packs d'eau dans son chariot. »

En cas de forte affluence, il suffit de tirer sur un loquet pour basculer en mode vente assistée. En un clin d'oeil, le magasin change la

Moins encombrant

NRC propose des automates
de self-checkout ou des TPV
beaucoup plus compacts.

 

physionomie de sa ligne de caisse pour absorber le flux. Dans l'idéal, un module de cash management complète le dispositif, l'hôtesse n'ayant pas alors à gérer les espèces.

La simplicité et la rapidité ont aussi convaincu le distributeur anglais Asda de lancer un test concluant sur une autre innovation majeure : une caisse gros volumes ultrarapide, imaginée par Wincor Nixdorf et Datalogic. Le client pose ses articles sur le tapis, les codes-barres étant scannés automatiquement en passant sous une arche. Les articles sont récupérables directement en bout de tapis, où une forme en « Y » permet à un premier client d'ensacher, alors qu'un second est en train de faire scanner ses courses. « Elle permet de scanner jusqu'à 100 articles à la minute », annonce Laurent Houitte, directeur marketing de Wincor Nixdorf, soit trois fois plus vite qu'un scanning manuel. Selon les premiers relevés d'Asda, elle a enregistré un temps de scanning moyen de 0,6 seconde par article et 98% des produits, scannés sous tous les angles, passeraient sans problème. « Cette caisse est également dotée d'un logiciel de reconnaissances produits, permettant de suggérer sur écran la photo des articles qui, éventuellement, n'auraient pu être scannés, afin de fournir une assistance "rapide" au client ou à l'hôtesse de caisse », poursuit Laurent Houitte.

La caisse réversible permet d’accélérer le passage en caisse pour les paniers de moins de vingt articles.”

Laurence Vallana, responsable retail de Fujitsu

Engouement pour le compact

La liste des améliorations du matériel de caisse s'allonge encore avec, comme le relève Jérôme Dutel, directeur des ventes retail France chez NCR, le cap vers du matériel moins encombrant et embarquant plus de services. « Dans le textile, par exemple, un secteur où les SCO ne correspondent pas aux besoins, nous proposons des TPV beaucoup moins encombrants, afin de ne pas perdre de surface de vente », observe-t-il.

Même tendance au « compact » pour les SCO, avec, par exemple chez NCR, le transfert de l'étagère de dépose des paniers du même côté que le bac de contrôle. La demande était forte dans les magasins de proximité, plus étriqués, pour développer les automates de paiement.

Sur Magasin LSA, trouvez les fournisseurs de caisse magasin

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2286

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous