Marchés

Faux communiqué, ventes en recul... La drôle de journée de Samsung

|

Un rachat d'une société démenti, des chiffres de ventes du Galaxy S4 décevants, un responsable de la division mobile qui quitte le groupe. Mauvaise journée et mauvais passe pour le leader mondial du smartphone.

Samsung Galaxy S4 pub

L’info avait fait le tour de la planète high-tech en quelques minutes. Samsung devait racheter pour 650 millions de dollars la société suédoise Fingerprints Card spécialisée dans les lecteurs d’empreintes digitales. Un communiqué portant le logo de la société suédoise avait atterri tôt dans la matinée dans les boîtes de journalistes high-tech. Fingerprints Card devenant, précise le soit-disant communiqué, une filiale du géant coréen. Samsung qui rachète une société spécialisée dans les empreintes digitales. Impossible évidemment de ne pas sourire alors qu’Apple commercialise depuis quelques jours son iPhone 5s, premier smartphone équipé d’un lecteur d’empreintes digitales... 

Cotation suspendue

Mais voilà, quelques  heures plus tard, coup de théâtre. Le groupe Fingerprint Cards indique que le communiqué annonçant son rachat... est un faux. "Le précédent communiqué de presse n'a pas été envoyé par Fingerprint Cards AB", indique la société suédoise sur son site. Du jamais vu à ce niveau-là. Alors que s’est-il passé? Acte de malveillance? Canular? Annonce anticipée? Ou tentative de manipulation du cours de bourse? En tout cas, dans les minutes qui ont suivi la fausse annonce, le cours de Fingerprint Cards a bondi de 50%. Avant que la cotation de la société soit suspendue à la bourse de Stockholm après la publication du démenti. La société suédoise a indiqué qu'elle comptait saisir la police et l'Autorité suédoise de contrôle du secteur financier.

Ventes déceventes pour le Galaxy S4

Et comme si ça ne suffisait pas, une autre mauvaise nouvelle est tombée un peu plus tard dans la matinée. Il s’agit d’une analyse de Barclays sur les ventes du smartphone star du coréen le Galaxy S4. Or après un départ canon (20 millions d’exemplaires vendus dans le monde entre mai et juin), le Galaxy S4 a vu ses ventes s’essouffler au trimestre suivant. "A peine" 16 millions se seraient vendus selon Barclays entre juillet et septembre. Certes, la période n’est pas la plus propice. Le problème c’est que les analystes prévoient que les ventes devraient encore reculer sur le trimestre suivant qui est habituellement le plus porteur. Selon eux, 13 millions de Galaxy S4 devraient se vendre sur la période. Assez décevant pour le coréen. Lui qui comptait faire beaucoup mieux qu’avec le S3 (vendu au total à 60 millions d’exemplaires) pourrait au final ne pas battre son précédent record. Plusieurs explications peuvent être avancées: la pression concurrentielle qui s’est accrue dans le haut de gamme (Apple n’est plus le seul adversaire, Samsung doit batailler désormais avec Sony et LG) mais aussi peut-être un ralentissement de la demande pour les modèles à plus de 400 euros. Car selon Barclays, malgré l’essoufflement des ventes du S4, Samsung devrait progresser sur l’ensemble du marché du smartphone avec une croissance estimée à 13% (à 86 millions de smartphones).

Bref, Samsung vend plus mais avec des téléphones moins chers, donc moins rentables. Dans le même temps, le coréen vient d’annoncer le départ du responsable produit de sa division mobile Kevin Packingham, arrivé à peine deux ans plus tôt. Une conséquence des ventes moyennes dans le haut de gamme? Difficile à savoir. En tout cas, ce vendredi 11 octobre, le coréen n’est pas près de l’oublier...

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message