Marchés

Filière : Charcuterie, des pistes pour se moderniser

|

La rédaction vous conseille

Lors des assises de la Fédération française des industriels charcutiers, traiteurs et transformateurs de viande (Fict), le 19 juin, de nombreux professionnels se sont penchés sur le sort de la filière. Secteur dynamique en GMS (+ 0,9% en volume et + 2,9% en valeur en 2011), la charcuterie subit néanmoins l'envolée du prix des matières premières et la marge nette diminue (1%). Daniel Bonnabeau, expert agroalimentaire chez Ernst et Young, a insisté sur l'importance de la taille critique des entreprises pour professionnaliser les structures et être davantage en phase avec les évolutions du marché. Loïc Hénaff a valorisé la mutualisation en matériels et logistique, sans toutefois la préconiser pour les achats de matières premières, vu la spécificité des découpes à acheter selon les acteurs. Jacques Creyssel, délégué général de la FCD, a prôné, lui, des liens plus étroits entre industriels et distributeurs sur « l'image et l'innovation produits ». Fort critiqué par les professionnels des salaisons en raison des faibles hausses passées durant les négos, il a rappelé : « La faible part des produits exportés, le manque de contractualisation entre les filières végétales et animales, sont des enjeux, il ne faut pas se focaliser sur la grande distribution. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message