Fin d'année en chute libre pour le non-alimentaire

CONJONCTURE - Alors que les enseignes alimentaires ont tiré leur épingle du jeu, le secteur non alimentaire a beaucoup souffert en 2008, surtout au dernier trimestre.

Si les Français ne se sont privés de rien pour dresser la table de Noël, on ne peut pas dire qu'ils ont cassé leur tirelire pour s'offrir des lecteurs Blu-ray. Voici, en quelques mots, ce qu'il ressort de la dernière enquête de conjoncture mensuelle de la Banque de France, publiée le 16 janvier. En effet, tous circuits confondus, les enseignes de l'Hexagone ont enregistré une légère baisse de leur chiffre d'affaires (- 0,3 %) en 2008 par rapport à 2007. Mais la grande distribution (hypermarchés, supermarchés, grands magasins et vente à distance...) réalise sur l'année une hausse de 1,2 % de ses ventes. Décembre a même été particulièrement bon pour l'alimentation, en augmentation de 4,1 % en valeur.

L'électronique grand public premier touché

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que le secteur non alimentaire n'a pas été à la fête en 2008, surtout au dernier trimestre. Tout d'abord, l'électronique grand public a connu le plus fort recul, en chute de 5,4 % du chiffre d'affaires sur l'année. « C'est le plus mauvais chiffre de l'année 2008 », explique Boris Bourdet, analyste financier sur la distribution spécialisée chez Natixis Securities.

La Banque de France avance une baisse des ventes de 12,7 % en décembre 2008 par rapport au même mois de 2007. Certes, le chiffre est à prendre avec des pincettes, la collecte des données ayant été exceptionnellement perturbée par des problèmes informatiques... À peine publiées, les données ont d'ailleurs fait l'objet d'une correction à la hausse, et il pourrait en être de même pour le meuble et l'électroménager. Quoiqu'il en soit, « nos premières estimations placent aussi les ventes de l'électronique grand public en baisse de 3 à 6 % sur l'année », confirme Claude Floch, directeur du marketing de GfK. Un vrai chambardement pour un secteur dont les ventes avaient augmenté de 8 % en 2007.

Retournement du marché immobilier

L'année 2008 a aussi fait des victimes dans le meuble (lire aussi pp. 16 et 17). « Janvier a été le seul mois de croissance de ce secteur, qui a connu un repli à deux chiffres en août », précise Boris Bourdet. Les chaises et autres tables basses ont fait les frais des arbitrages budgétaires, ainsi que du retournement du marché immobilier, qui a entraîné une diminution des déménagements. Résultat, les ventes ont régressé de 5,4 %.

La tendance imprime aussi sa marque, dans une moindre mesure, aux ventes d'électroménager, en baisse de 2,6 % sur l'année. En effet, le remplacement d'un lave-vaisselle hors service peut difficilement être reporté. En comparaison, les enseignes de textile et d'habillement affichent des résultats relativement « moins mauvais », avec une diminution de 3,2 % de leurs ventes. Enfin, le bricolage sort presque vainqueur avec une légère baisse de 1,1 %. Il faut savoir considérer le verre à moitié plein...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2074

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous