Marchés

Fleury Michon en croissance sur 2013, malgré un 4ème trimestre décevant

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

RÉSULTAT La firme maintient un chiffre d'affaires annuel en croissance de +1,0% à 697,9 millions d’euros. La baisse des activités en GMS fin 2013 explique en partie les mauvaises performances du 4ème trimestre.  

La partie charcuterie se montre toujours aussi dynamique, le traiteur, lui, est en recul.
La partie charcuterie se montre toujours aussi dynamique, le traiteur, lui, est en recul.

Sept millions de chiffre d’affaires en plus sur 2013, les équipes de Fleury Michon peuvent avoir le sourire. Le chiffre d’affaire s’établit à 697,9 millions d’euros, avec une évolution en dents de scie. Le quatrième trimestre s'est en effet inscrit en baisse de 3,1% par rapport à la même période de l'année précédente, « marqué principalement par l'évolution de l'activité GMS France et accentuée par un effet de change monétaire défavorable au Canada », note le communiqué du Nasdaq relayé par Reuters.

L'activité GMS plus forte que le marché

Sur l'ensemble de l'année, le pôle GMS France enregistre une croissance de +1,7%, malgré un dernier trimestre en baisse de -2,6%. Les ventes à marque Fleury Michon ont, quant à elles, progressé plus rapidement que le marché à +2,7%, le groupe ayant maintenu ses efforts publicitaires, marketing et commerciaux.

La charcuterie reste dynamique, le traiteur subit le horsegate

Dans le détail, l'activité charcuterie reste très dynamique avec une progression de +5,6% dans un marché à +2,2%, grâce au bon accueil de ses innovations et à la bonne tenue de ses références en fond de rayon.

Du côté des plats cuisinés, fortement impactés par le scandale de l'origine des viandes survenu dès février (-4,3% en 2013), l'activité est morose. La partie traiteur de Fleury Michon a enregistré un recul de ses ventes de -2,1%. Mais Fleury Michon a prévu une année riche en innovations de rupture sur ce marché pour retrouver sa croissance. En ce début d'année, la marque vendéenne a ainsi sorti sa nouvelle génération de plats, Ball in Box.

Ces deux activités ont continué à gagner des parts de marché sur l'année et à renforcer leur position de leader. Les ventes de l'activité Traiteur de la mer, sur un marché à -6,4%, ont subi un repli de -9,9% impactées par une météo défavorable au printemps qui n'a pas permis de lancer la saison du surimi. Fleury Michon reste néanmoins le n°1 de ce marché.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA