Trophées 2015 de l'innovation

Fleury Michon parie sur la charcuterie sans antibiotiques

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier L’antibiorésistance est une préoccupation de santé de plus en plus forte. En partenariat avec le groupe Avril, Fleury Michon y répond avec sa nouvelle gamme J’aime.

J’AIME (FLEURY- MICHON)

Réaffirmer haut et fort le lien existant entre l’alimentation et la santé. De cette volonté est né le développement, en septembre 2015, d’une gamme de produits de charcuterie élaborés à partir d’une viande de porcs nourris sans antibiotiques dès la fin du sevrage. Quatre références de jambon supérieur et de rôti de porc sont proposées à un prix variant de 1,69€ à 3,09€, soit 10% à 20% plus élevés qu’un produit classique. Pour l’occasion un partenariat exclusif a été conclu entre le pôle animal du groupe Avril et l’entreprise vendéenne. Dans un premier temps, 21 éleveurs sont concernés avec un objectif de production de 2 000 porcs par semaine. Une démarche qui tombe à pic dans un contexte de crise agricole exacerbée. Dans une interview accordée à LSA le 30 septembre 2015, Régis Lebrun, directeur général de Fleury Michon, insiste : « La crise agricole a mis en lumière l’inadéquation du fonctionnement de la filière mais aussi celle des produits par rapport aux attentes du consommateur. » Selon lui, la recherche de produits valorisés constitue une solution pour une filière porcine au bord du gouffre.

Filière vertueuse

À travers cette initiative, les deux partenaires souhaitent créer une filière vertueuse, de la rémunération de l’éleveur qui bénéficie d’une visibilité dans la durée, en passant par le consommateur, qui se voit proposer une offre plus saine à un prix accessible. En matière de santé, la marque de charcuterie ne part pas, il est vrai, d’une feuille blanche. Depuis vingt-cinq ans, Fleury Michon s’attache au développement de filières de qualité : le label Rouge, la réduction de sel et, à partir des années 2000, la filière Bleu, Blanc, Coeur, qui fait le lien entre l’alimentation animale et la santé des consommateurs. Au total, les filières de qualité représentent 30% des ventes de jambon de Fleury Michon, à +30% par an. Le lancement de la gamme J’aime est-il promis au même succès ? La marque en fait le pari. Sur ce créneau, Fleury- Michon n’est d’ailleurs pas la première venue. Brocéliande (Cooperl) a ainsi lancé en 2014 une gamme de produits de charcuterie élaborés à partir d’une filière de porcs élevés sans antibiotiques. Dans un premier temps, 200 éleveurs se sont ralliés à la démarche. En octobre 2014, Cooperl, numéro un de l’abattage, annonçait que 25% de sa production de porcs seraient sans antibiotiques à partir de la fin du sevrage, d’ici à 2017. Une nouvelle voie est en train de s’ouvrir.

J’AIME (FLEURY- MICHON)

Lancement Septembre 2015

PVI De 1,69 € à 3,09 €

"La recherche de produits valorisés doit nous conduire à nous rapprocher des éleveurs. C’est le sens du partenariat avec le groupe Avril pour le développement d’une filière de porcs nourris sans OGM et sans antibiotiques."

Régis Lebrun, directeur général de Fleury Michon

Les Plus

  • Les porcs qui servent à la fabrication de la gamme sont élevés sans antibiotiques à partir de la fin du sevrage
  • La viande est issue d’élevages respectueux de l’environnement et du bien-être animal
  • Un positionnement prix de seulement 10 à 20 % plus élevé en moyenne qu’un produit classique

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA