Marchés

Fleury Michon signe pour la nutrition

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dans la droite ligne des efforts accomplis sur le plan nutritionnel, Fleury Michon a signé une charte d'engagements auprès du ministère de la Santé pour optimiser la qualité de ses produits.

Fleury Michon présente la première référence de surimi
du marché sans polyphosphate.
Fleury Michon présente la première référence de surimi du marché sans polyphosphate.

C'est signé ! L'entreprise vendéenne vient de parapher, dans le cadre du Plan national nutrition-santé (PNNS), une charte d'engagements volontaires de progrès nutritionnels. Un vaste chantier sur lequel l'entreprise a travaillé depuis plus d'un an. « Cela nous a pris du temps, reconnaît Stéphane Petit, directeur de la communication de Fleury Michon. Mais nous voulions que le périmètre de notre engagement soit le plus large possible »,  dit-il. Optimiser la qualité nutritionnelle des produits, faciliter l'accès à l'information nutritionnelle pour les consommateurs et proposer aux collaborateurs de Fleury Michon un programme de suivi nutritionnel et de sensibilisation aux recommandations du PNNS sont les trois lignes directrices de l'engagement poursuivi.

 

Un vaste programme sur trois ans

L'affaire n'est pas mince. En effet, d'ici les trois prochaines années, Fleury Michon devra exclure l'huile de palme de ses plats cuisinés, bannir les huiles hydrogénées, réduire de 6 à 10 % la teneur en sel de ses plats cuisinés, jambons et rôtis et, enfin, proposer un étiquetage nutritionnel transparent et complet sur l'ensemble de ses emballages et sur son site internet.

 

618 millions d'articles concernés

Au total, 618 millions de produits sont concernés par cette petite révolution d'ici 2012 ! Pas question, donc, de perdre du temps. Ainsi, la semaine dernière, lors de son traditionnel déjeuner de rentrée, Fleury Michon a présenté la première référence de surimi du marché sans polyphosphate. Pour cela, l'entreprise a dû remettre à plat sa filière d'approvisionnement de poissons de pêche. De même, dans un marché des plats cuisinés qui, depuis le début de l'année, retrouve de très belles couleurs (+ 15 % en valeur et volume), pas question pour le numéro un du segment de faire l'impasse sur le taux de conservateurs, le taux de sel et la qualité des ingrédients.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA