Foodtech : rentable en France en 2017, Deliveroo creuse ses pertes mondiales

|

En 2017 dans l'Hexagone, le chiffre d'affaires du géant de la livraison de repas croît de 146% sur un an, à 58 millions d'euros. Deliveroo a lancé sa plateforme en dans 35 villes hexagonales l'année dernière.

deliveroo

Le marché de la livraison de repas ne fait pas que des victimes en France. Un mois à peine après la fermeture de la plateforme Foodora dans l'Hexagone, le britannique Deliveroo annonce de bons résultats financiers en 2017 dans le pays. La foodtech y a vu son chiffre d'affaires décoller de 146% sur un an, à 58 millions d'euros, contre 23 millions d'euros en 2016. La stratégie de développement de Deliveroo, qui a ouvert sa plateforme de livraison de repas préparés par les restaurateurs dans 35 villes tricolores en 2017 et a ajouté plus de 1300 restaurants à sa plateforme, porte ses fruits : la filiale tricolore du géant est pour la première fois rentable. Elle dégage un bénéfice opérationnel de 2 millions d'euros et un résultat net d'1,5 million d'euros en 2017.

Au niveau mondial, l'activité de Deliveroo est en progression : le groupe enregistre en 2017 un chiffre d'affaires de 277 millions de livres sterling (312 millions d'euros), en hausse de 116% par rapport à 2016. Son bénéfice brut s’élève à 72,45 millions d'euros (contre 1,24 million en 2016) et sa marge brute est passée de 1% à 23%.

Des dépenses opérationnelles en hausse de 73%

Mais la foodtech a lourdement investi pour développer son activité et lutter contre la concurrence qui fait rage dans ce secteur à faibles marges, où les volumes de vente sont clef pour gagner la partie. Ses dépenses opérationnelles ont progressé de 73% sur un an dans le monde (en 2017, elles étaient de 119,4 millions d'euros supérieures à celles enregistrées en 2016). Elle a notamment réalisé des investissements immobiliers pour créer des cuisines dédiées entièrement à la livraison. Elle a également racheté la jeune pousse Mapple pour 11 millions d'euros afin d'aider les restaurateurs à adapter leur offre à la clientèle Deliveroo. La société a aussi recruté 300 ingénieurs pour son hub technologique situé au Royaume-Uni

Deliveroo creuse donc ses pertes avant impôts, qui s’élevaient en 2017 à 208,1 millions d'euros, contre près de 145,5 millions en 2016. La foodtech dispose d'importantes réserves de cash : elle a bouclé en septembre 2017 une levée de fonds de 385 millions de dollars, qui en a fait une licorne valorisée 2 milliards de dollars. Mais les investisseurs n'ont pas une patience infinie…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message