Frais Colruyt trie automatiquement ses commandes

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

PRODUITS FRAIS Dolmen Industrial Projects, une filiale du groupe belge Colruyt, a conçu un système d'automatisation des commandes de fruits et légumes.

Depuis mars 2005, le discounter Colruyt assure 70 % du tri de ses commandes de fruits et légumes grâce à une unité totalement automatisée. Un sys- tème « unique en Europe », selon les responsables de Dolmen Indus-trial Projects, filiale du groupe belge chargée de la conception de systèmes d'automatisation appliqués pour la logistique, parce qu'il n'utilise pas de système de codes-barres pour la reconnaissance des produits au cours du processus. « Le logiciel lui-même suit les bacs du début à la fin », explique Chris Durie, responsable du marketing et des ventes de Dolmen IP.

L'utilisation par tous les fournisseurs de bacs standardisés (60 cm x 40 cm) est un préalable au bon fonctionnement de ce système dit d'« order picking ». Conçue pour son entrepôt de Dassenveld, près du siège central de Halle, l'installation est en effet équipée de 6 robots portail (sortes de ponts roulants) qui peuvent déplacer des colonnes de bacs pour préparer les commandes magasin par magasin. La capacité de traitement est de 35 000 à 50 000 bacs par jour, ce qui permet d'assurer l'approvisionnement quotidien des 200 magasins du groupe en Belgique.

Concrètement, les commandes de magasins aboutissent chaque jour à l'ordinateur central jusqu'à 20 heures. Le logiciel traite et optimise ces ordres entre 2 heures et 3 heures du matin. À 4 heures, lorsque les premières livraisons arrivent des criées et des différents fournisseurs, le système entame son travail.

Les erreurs de livraisons presque éliminées

Conçu pour un espace de 2 000 m2, il traite 120 types de produits dans des bacs standardisés de 18 hauteurs différentes sans pratiquement plus d'interventions humai-nes. Il se contente de deux person- nes à l'entrée et de deux autres à la sortie des palettes vers les camions. Les bacs sont empilés et palettisés selon les commandes de chaque magasin. Vers 10 heures, les premières commandes sont prêtes pour l'expédition. « Actuellement, l'installation fonctionne vingt heures par jour, expose Chris Durie. Elle pourrait travailler en continu, le problème vient plutôt des désagréments sonores provoqués par le déchargement des marchandises dans les magasins. »

L'investissement dans ce centre, de 5,1 millions d'euros, a permis de réduire fortement l'intervention humaine. Auparavant, 30 person-nes préparaient les colis de fruits et légumes. Aujourd'hui, seuls les 30 % de marchandises qui n'arrivent pas en bacs doivent être traités manuellement. Chez Colruyt, on se défend en tout cas d'avoir voulu rogner sur l'emploi. « Ce système permet juste d'assurer la croissance du réseau de magasins avec le personnel existant », poursuit le responsable de Dolmen IP.

Autres avantages de l'« order picker », le nombre d'erreurs dans les commandes des magasins s'est fortement réduit, et l'espace dans les camions est mieux utilisé, grâce à la possibilité d'empiler des bacs sur 2,4 mètres de haut - ce qui n'était pas possible dans le cas de manipulations humaines. Par ail-leurs, il permet un important gain de place : l'espace entre les piles est d'à peine 10 centimètres, soit nettement moins, que ce qui est nécessaire au personnel pour circuler. Le système de Dolmen IP a été conçu pour l'entrepôt de fruits et légumes de Colruyt, mais rien n'empêche la société de le vendre à d'autres distributeurs. Elle ne cache d'ailleurs pas que certaines enseignes européennes ont déjà montré des signes d'intérêt.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1915

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA