Frais non laitier : Auchan et PepsiCo unis pour le snacking

|
Pepsico_SnackingITM_grenoble.jpg
Pepsico_SnackingITM_grenoble.jpg© © PepsiCo

Comment profiter de la croissance du snacking dans les grandes surfaces ? Pour surfer sur l’engouement des consommateurs pour ces produits, Pepsi­Co a réuni ses marques dans un concept en magasins. Dans ce groupe, le snacking pèse plus de 6% du chiffre d’affaires, l’enjeu est donc de taille. À charge des commerciaux de sensibiliser les employés en grande distribution et les clients.

Tout a commencé dans l’E.Leclerc du centre commercial So Ouest, dans l’ouest parisien, fin 2013, « David Thibaut, le directeur du magasin, a été le premier à nous faire confiance sur ce projet. Maintenant, plus de 90% de la Scadif l’a mis en place », confirme Djamel Mechiche, directeur des clients nationaux chez PepsiCo France. Le principe : regrouper l’ensemble des marques du groupe, des chips Lay’s aux produits Bénénuts ou Quaker, en passant par les gaspachos Alvalle et les boissons Pepsi et 7Up… Le tout mis en valeur dans un meuble afin de créer un corner dédié au snacking.

Pour PepsiCo, c’était un risque, car pas de double implantation pour ces denrées, uniquement présentes dans ce meuble. Pour les distributeurs, il s’agit de trouver un modèle qui fonctionne sur le snacking, marché encore peu valorisé en dehors du rayon traiteur. Auchan a été séduit par ce concept et l’a déployé durant 2014 dans la zone dédiée aux produits frais. À la fin 2015, il sera présent dans tous les points de vente de l’enseigne des Mulliez. Franprix et Monoprix le testent également dans Paris intra-muros. À chaque fois, 25 références sont a minima présentes dans ce corner.

À boire et à manger

Pour recruter des actifs pressés lors de leur pause déjeuner, Pepsi­Co installe une mécanique promotionnelle : - 25% pour l’achat d’un sachet de chips couplé à une boisson du groupe. « Les frais d’installation sont importants. Nos 243 commerciaux doivent sensibiliser les employés du libre-service pour faire vivre ce concept », justifie Djamel Mechiche. Celui-ci espère dégager 10?millions d’euros de chiffre d’affaires supplémentaires avec ces produits mini. 

Le plus

  • Grouper l’ensemble de ses marques

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2374

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message