Marchés

Fralib : un plan alternatif proposé en même temps qu’un nouveau PSE

|

Les modalités du PSE évoluent, alors que les salariés viennent de proposer un projet alternatif pour maintenir l'usine en fonctionnement.

2101_Lipton_s
 
La direction de l’usine de thés et infusions Fralib (groupe Unilever) de Gémenos, dans les Bouches du Rhône, a présenté une nouvelle version de son plan de sauvegarde de l’emploi qui avait été précédemment annulé par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence. Unilever, qui souhaite fermer le site, propose aux 102 salariés concernés par le plan d’être réaffectés dans l’un des autres sites du groupe en France, au même niveau de qualification et avec la même rémunération. En cas de refus, ces salariés toucheraient un an de congés de reclassement à 75 % de leur salaire et bénéficieraient du soutien d'un cabinet de reclassement. Opposés à la fermeture programmée de leur usine, des salariés ont proposé une solution alternative en demandant à Unilever de continuer à fournir les matières premières et les emballages dans les conditions de qualité et de prix identiques aux conditions actuelles, les salariés gérant la prise de contact pour développer les débouchés. Ce projet a le soutien du conseil régional et des collectivités territoriales.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter