Fralib : une nouvelle table ronde est prévue mi-septembre

|

Le gouvernement serait en train d'analyser les solutions "pour réquisitionner la marque Elephant" selon une délégation de salariés.

Fralib elephant

Une délégation de salariés de l'usine Fralib (groupe Unilever) de Gémenos (Bouches-du-Rhône), menacée de fermeture depuis près de deux ans, a annoncé avoir obtenu la tenue d'une nouvelle table ronde vers la mi-septembre en préfecture, aujourd’hui, à l'issue d'entretiens à l'Elysée.

Appel au Président Hollande

La délégation venue plaider sa cause et demander l'intervention du gouvernement pour que la marque Eléphant leur soit cédée a été reçue par des collaborateurs du président François Hollande. "Le gouvernement est en train d'analyser les solutions que nous avons données pour réquisitionner la marque et faire qu'elle reste en France. Ils nous ont dit qu'il y a des discussions serrées avec Unilever", a indiqué Gérard Cazorla, secrétaire CGT du comité d'entreprise.

Refus catégorique d'Unilever

L’issue de telles discussions reste cependant incertaine, car le directeur général d'Unilever Paul Polman a exclu de céder la marque de thé Eléphant et de faire travailler en sous-traitance la société que les salariés de l'usine de Gémenos, la seule en France à produire les thés Lipton et les infusions Eléphant, souhaitent monter. Il s’agit d’une nouvelle étape dans ce dossier complexe. Plus tôt dans la semaine, la signature de la vente du terrain et des bâtiments à la communauté urbaine de Marseille a été reportée, ouvrant la voie à un possible projet de reprise alternatif de la société de snack salés Sibell.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter