France : conjoncture compliquée pour le transport de marchandises

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le conflit social à la SNCF a lourdement impacté l’activité fret. Selon Pierre Blayau, DG délégué de SNCF-Geodis, « depuis deux semaines, seul 50% du trafic normal du fret est assuré, et ça chute même à 25% pour le transport combiné », se désole-t-il dans Les Echos. « Nous essayons de parer au plus pressé, en concentrant en priorité nos efforts sur les industriels les plus touchés, notamment Danone ou les céréaliers. » Selon lui, cette grève aurait entraîné 50 000 trajets de camions en plus. La CGT annonçait néanmoins une sortie de grève ce lundi. En revanche, la paralysie du transport aérien n’a quasiment pas impacté l’univers de la distribution en France. Si la Grande-Bretagne craint la pénurie de certains aliments exotiques de niche, rien de tel dans l’Hexagone. « Pour les fruits et légumes, par exemple, l’immense majorité des produits transite par route, train ou bateaux », rappelle David Bourganel, responsable communication à Rungis. Les bananes des Antilles sont par exemple expédiées par conteneurs et bateaux. En cas de problème, les transporteurs ont su s’adapter. « Pour les mangues en provenances d’Amérique du sud, par exemple, les avions ont été déroutés sur Madrid où des camions ont pris le relais », illustre David Bourganel. Quant aux fleurs, la majorité des besoins porte actuellement sur le muguet, à l’approche du 1er mai. Et là, pas de problèmes : il est cultivé en France.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA