Marchés

Fraudes d'étiquetage relevées sur le cabillaud et le thon rouge

|

Plusieurs associations ont réalisé une enquête pour vérifier la traçabilité des produits de la mer. Si la France fait figure de bonne élève, des fraudes ont été détecté sur ces deux poissons.

Le thon rouge est l'espèce où la fraude est la plus importante sur le marché français
Le thon rouge est l'espèce où la fraude est la plus importante sur le marché français© DR

Plusieurs associations ont réalisé une enquête pour vérifier la traçabilité des produits de la mer. Si la France fait figure de bonne élève, des fraudes ont été détectées sur ces deux poissons. Encore une "erreur" d’étiquetage… Après le scandale sur la viande de cheval frauduleusement introduite dans le circuit alimentaire, place aux produits de la mer.

Les associations BLOOM, Oceana, des chercheurs de l'INSERM et du Muséum national d'Histoire naturelle et du magazine Terra eco, ont mené une enquête sur la fraude à l’étiquetage de poissons en France. Conclusion : la France est bonne élève, mais des erreurs d'étiquetage existent...

L'Italie championne des fraudes

Pendant un an, près de 400 échantillons ont été récoltés dans les rayons frais des grandes surfaces, mais aussi dans chez les détaillants, les restaurants, dans les plats préparés et les produits surgelés. Résultat : le taux de fraude de la France est de 3,5% des échantillons prélevés, quand ses petits camarades européens dépassent allègrement les 15 % (32% de fraude en Italie, 30% rien que sur le merlu en Espagne, 19% sur le cabillaud en Irlande…). Les fraudes constatées relèvent de la substitution d’espèces.

Aucun cas de fraude n’a été détecté sur des espèces comme le colin d’Alaska, le bar, le lieu noir,la lotte et le merlan.

Le cabillaud, quant à lui, était remplacé dans 4,2% des cas (6 échantillons sur 143) par de l'églefin ou du merlu, des espèces de valeur commerciale inférieure. La fraude se montre très élevée en ce qui concerne une espèce emblématique : le thon rouge. Quatre des cinq échantillons (soit 80%) mentionnant "thon rouge" se sont ainsi avérés cacher une autre espèce de thon.

A noter l'abesence de cas de fraude sur les 119 échantillons prélevés sur des produits surgelés et des plats préparés.

En revanche, les problèmes surviennent avec le poisson frais vendu en filet : 8% des filets frais vendus en poissonnerie et 4% des filets vendus au rayon poissonnerie des supermarchés ne correspondent pas à l’étiquette. Selon le travail mené par le magazine Terra eco, la fraude interviendrait en bout de chaîne : les restaurateurs et poissonniers interrogés sous le sceau de l’anonymat ont avoué avoir sciemment remplacé les étiquettes ou les noms d’espèces…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter