Free: un énorme buzz pour une petite Freebox

|

Après une journée de lundi hystérique dans l'attente d'une annonce "révolutionnaire", Free a finalement dévoilé ce mardi 10 mars une nouvelle Freebox d'entrée de gamme qui embarquera l'OS de Google et pourra afficher des programmes en 4K. Retour sur 24 heures d'engouement hors-norme.

"Il faut garder son calme" a martelé Xavier Niel, le patron de Free, suite à la journée d'hystérie d'hier dans les médias et sur internet
"Il faut garder son calme" a martelé Xavier Niel, le patron de Free, suite à la journée d'hystérie d'hier dans les médias et sur internet


Un nouveau forfait mobile à 10 euros pour les uns, un smartphone à marque Free pour les autres, voire une « surprise » en lien avec la montre connectée d’Apple. Voilà ce que pouvait dévoiler ce matin Xavier Niel le patron d’Iliad, la maison mère de Free. Une fois encore, la machine à buzz et à spéculations a tourné à plein régime hier lorsque l’opérateur a envoyé une invitation pour une mystérieuse conférence de presse qui devait se tenir ce matin. Un buzz qui a tourné à l’hystérie puisqu’au cours de la journée d’hier les cours boursiers des autres opérateurs ont dévissé dans l’attente de la « grosse annonce ». « J’ai même eu un concurrent qui a été jusqu’à me menacer hier par téléphone », a fait savoir Xavier Niel en préambule de sa conférence ce matin. « Il faut se calmer », a-t-il insisté plusieurs fois sur scène. Faussement ingénu le patron de Free ? Difficile d’imaginer en effet que cet as de la communication, ce familier des keynotes à la française qui réunissent à chaque fois des centaines de journalistes dans une atmosphère électrique, lui qui a torpillé il y a trois ans le marché du mobile avec ses forfaits à prix cassé ne savait pas quelle boite de Pandore il avait ouvert hier avec son invitation au débotté. Et pourtant à l’en croire, tout ceci le dépasse un peu.

Une odeur de poudre dans les télécoms

Après tout, peut-être dit-il vrai. Car au final la montagne n’a accouché… que d’une Freebox. Petite, séduisante, capable de diffuser des programmes en Ultra HD (4K), dotée de l’interface GoogleTV et munie d’une télécommande avec micro pour la commander avec la voix certes. Mais ce n’est qu’une Freebox. Pas la nouvelle « révolution » attendue et/ou espérée ni un nouveau coup de bélier dans la forteresse des opérateurs à la faveur d'un forfait bradé. Une forteresse qui n’est d’ailleurs plus aussi gaillarde depuis qu’elle a été torpillée en 2012 par Free Mobile sur l’illimité à moins de 20 euros puis sur la 4G deux ans plus tard. Depuis, Vivendi a vendu un SFR aux abois à Numericable et des rumeurs récurrentes prêtent à Martin Bouygues l’intention de céder son opérateur mobile qui peine à contenir la montée en puissance des deux magnats des télécoms (Xavier Niel et Patrick Drahi, le patron de SFR Numericable qui se mènent entre eux une guerre impitoyable). Or, dans ce contexte qui sent la poudre, la moindre étincelle est explosive.

La présentation de la Mini Freebox 4K ressemble donc davantage à un pétard mouillée. Même si elle est au fond très stratégique pour Free qui réalise l’essentiel de ses marges dans le fixe. Et, après le lancement en début d’année de la box Miami de Bouygues Telecom qui embarque Google, Free devait réagir. Et c’est chose faite avec cette Freebox mini 4K dévoilée aujourd’hui et qui va prendre la place de la Freebox Crystal lancée en 2013 (le modèle haut de gamme Freebox Revolution sera lui conservé).

La Freebox mini 4K en détails

Concrètement, la nouvelle box de Free apporte son lot d’innovations. D’abord sa taille. Cinq fois plus petite que la Crystal, elle a le format d’un livre de poche en plus épais. Ensuite elle embarque aussi l’OS de Google. Baptisé GoogleTV, il permet de télécharger des applis sur son poste ainsi qu’effectuer des recherches sur internet directement depuis l’écran du salon. Une utilisation qui sera facilitée par la troisième innovation : celle de la télécommande. Cette dernière disposera d’un micro intégré pour effectuer des recherches vocales. Par exemple, il suffit de dire « Touche pas à mon poste » devant sa télécommande pour qu’apparaissent sur l’écran différents types de contenu : la chaine de l’émission, un replay ou des extraits vidéo sur YouTube. Dernière innovation : la compatibilité 4K ou Ultra HD. La Freebox mini sera la première du genre à pouvoir proposer du contenu dans ce standard d’une qualité quatre fois supérieur au Full HD. Pour rappel, il s’est vendu en France 210 000 écrans 4K en 2014 et il devrait s’en vendre plus de 800 000 cette année selon GfK.

Des fonctionnalités nouvelles et nombreuses pour un prix qui ne bouge pas. La Freebox mini 4K sera facturée 29,99 euros par mois. A noter que les abonnés Freebox Revolution pourront en bénéficier pour 1,99 euros de plus par mois.
Côté mobile, Free a quand même fait une « petite » annonce. Désormais chaque abonné Freebox pourra faire bénéficier du forfait réduit à 15,99 euros (au lieu de 19,99 euros) quatre personnes.

L'interface Google de la nouvelle Freebox


 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter