Frey ranime l'ancienne Bourse du travail de Troyes

|

En optant, fin janvier, pour le projet mixte de la foncière Frey, la municipalité troyenne met un point final à un dossier lancé depuis une dizaine d'années, et qui a connu quelques rebondissements.

Si l'intention était louable, il n'aura pas été facile de redonner vie à l'ancienne Bourse du travail de Troyes (10) ! Choisi en 2006, Altaréa avait jeté l'éponge suite aux oppositions soulevées par un projet jugé trop déstabilisant pour le commerce de centre-ville. L'annonce de la venue d'une enseigne culturelle Leclerc avait suscité une levée de boucliers. D'où une sérieuse revue de copie par la ville, avec un cahier des charges plus restrictif en termes de commerces et d'objectifs.

Exit les activités culturelles, pour faire place à du commerce de proximité, avec une surface alimentaire de moins de 1 000 m2 en pôle principal. Après un nouvel appel à projets, un autre opérateur a donc été choisi.

Le projet répond à la notion d'animation commerciale du centre-ville,de commerce de proximité, et de mixité, avec la construction de logements.

GÉRARD MENUEL, premier adjoint du maire de Troyes

 

Une locomotive commerciale...

« Le projet de Frey nous convient parce qu'il répond à la notion d'animation commerciale du centre-ville, de commerce de proximité et de mixité, avec la construction de logements », précise Gérard Menuel, premier adjoint du maire de Troyes, François Baroin. Donner une nouvelle vocation à ce bâtiment historique situé dans le prolongement de la rue Émile-Zola, principale artère troyenne, revient à créer une locomotive commerciale. Dans le même temps, au-delà de la restauration de la Bourse du travail, ce sera aussi l'occasion de construire 28 logements. Et de ramener ainsi des habitants en coeur de ville. Pour Frey, plutôt spécialiste jusqu'ici des retail parks, c'est l'occasion d'élargir la palette de ses activités. « Avec le projet Marinadour, à Bayonne (64), c'est notre seconde opération de redynamisation immobilière de centre-ville et la première qui comprend un volet logements », explique Mathieu Molliere, responsable communication de Frey. Un type d'opération qui intéresse d'autant plus la foncière qu'elle lui permet de toucher d'autres catégories d'enseignes commerciales. Ce sera le cas pour le site de la Bourse du travail.

Le bâtiment à construire accueillera donc une surface alimentaire de proximité sur 500 à 700 m2, ainsi que deux ou trois cellules commerciales. L'édifice historique, après rénovation, verra s'implanter quelques boutiques de services et de commerce, ainsi qu'une brasserie et des salles de réception. Sur un terrain adjacent, une résidence de 28 logements et un parking souterrain de 850 m2 seront donc construits.

 

... Et un Greencenter

Enfin, cette opération sera l'occasion de redessiner l'entrée sur la rue Émile-Zola. Pour l'instant, aucun nom d'enseigne n'est avancé. Frey prendra en charge la commercialisation et la gestion de ces activités, et pourrait confier la partie logements à une société spécialisée. Côté calendrier, l'ouverture est programmée pour le premier semestre 2014.

Dans le même temps, Frey avance sur son autre projet sur la zone de Troyes : l'implantation d'un Greencenter à Saint-Parres-aux-Tertres. Opération en deux volets, comprenant le réaménagement d'une zone existante, et son agrandissement, avec, au rang des implantations nouvelles, Alinéa. Les travaux sont lancés dès cette année pour une livraison prévue à l'été 2013.

LE PROJET

  • 2 200 m² de surfaces commerciales pour 28 logements
  • 11 millions d'euros d'investissements
  • 225 000 à 250 000 clients par an
  • Ouverture au premier semestre 2014

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2217

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations