« Gagner du temps c’est gagner de l’argent »… et la digitalisation du parcours shopper est une excellente opportunité pour retrouver du temps pour soi.

altavia

Altavia  décrypte pour vous les nouvelles  attentes des consom’acteurs et les innovations retail qui y répondent.

 

Chaque semaine découvrez en avant-première une des 10 attentes fondamentales des consom’acteurs = les valeurs shopper,  identifiées par shopperMind, l’observatoire du comportement shopper et des évolutions du commerce du groupe Altavia.

 

La Valeur Shopper de la semaine : «gagner du temps»

 

S’il est bien une attente shopper satisfaite par la digitalisation de notre monde, et du commerce - e-commerce et commerce connecté - c’est bien celle de la commodité: internet rend tout plus facile, plus ouvert, raccourcit les distances, rapproche les individus et nous fait gagner le bien le plus précieux dans notre vie : le TEMPS.

Sans être une machine à ‘’remonter le temps’’, nous avons inventé avec internet la machine à gagner du temps,  surtout pour tout ce qui ne nous fait pas plaisir, ou représente une contrainte.

 

De la différence entre les achats « plaisirs » et les achats « contraintes ».

Prendre son temps pour les achats «  plaisirs » tout comme l’on ne cherche pas à gagner du temps dans sa vie amoureuse, ou quand on prépare un bon repas le dimanche ; c’est par exemple le cas de nombreux achats sur LeBonCoin, site reconnu par les Français comme un lieu où il prennent du plaisir, comme au marché ou à la brocante…

A l’inverse pour les achats « contraintes », et sur tous les points de ‘’désenchantement’’ du commerce,  tout ce que nous pouvons éviter de perdre en minutes, en heures ou en énergie sont des bonus que nous pouvons consacrer à des choses plus agréables.  Et si en plus cela peut  nous aider à gagner de l’argent, c’est idéal, car ces deux items sont étroitement liés.

 

En son temps l’hypermarché faisait ‘’gagner du temps’’ , même avec l’attente aux caisses.

A l’heure où l’hyper fête ses 50 ans, il faut bien reconnaître que la naissance du ‘’libre service’’ et de la ‘’grande surface’’ a fait gagner du temps aux familles et à la ménagère. Le ‘’Tout sous le même toit’’ en un seul trajet, une fois par semaine, en famille,  a eu son heure de gloire. Acheter était alors moderne, apportait bonheur et bien être, et était statutaire ; la grande surface se révélait infiniment plus pratique que les commerces de proximité, ‘’éclatés’’ géographiquement, même s’ils étaient plus conviviaux. Enfin la notion de ‘’libre service’’ a amené l’indépendance dans le  ‘’parcours client’’. Avant il fallait ‘’attendre’’ que le vendeur s’occupe de vous, ‘’attendre’’ qu’il trouve le produit pour vous, voire ‘’attendre et revenir" parce que le produit recherché n’était pas en stock.  Mais ça c’était "avant’’ …

La vente en ligne : Bienvenue dans la machine à gagner du temps … !

Quoiqu’on en dise, les réseaux brick and mortar maîtrisent une pièce maîtresse pour conserver un commerce humain, social et ‘’commerçant’’ :  le dernier mètre.

Le commerce physique a eu du mal à reconnaître la complémentarité des services en ligne avec leur activité (même ceux de leur propre enseigne). Il est vrai que les preuves ‘’convaincantes’’ de complémentarité ‘’web to store’’ ne sont arrivées que récemment. Après des débuts difficiles les réseaux de magasins ‘’physiques’’ ont maintenant tout en mains pour atteindre un mix on/off parfait offrant à leurs clients habituels une palette importante de choix dans la commodité et l’usage du magasin : ‘’c’est au choix, vous commandez en ligne et  je vous livre ou vous venez chercher en point de retrait, vous achetez en magasin et je vous livre’’

Tout pour vous faire gagner du temps, de l’argent … et privilégier une relation humaine.

 

Gagner du temps en s’informant, en comparant, et en trouvant !

Internet a réduit les distances, à partir d’un annuaire Google vous pouvez visiter 10 magasins depuis chez vous sans quitter votre canapé, aussi bien pour vos courses alimentaires que l’habillement, l’équipement ou les services. Pratique, rapide et éco responsable. Pas d’essence, pas d’embouteillage et la possibilité de voir immédiatement si le bon produit est au bon prix et surtout en stock.

La panoplie du shopper moderne s’est donc élargie au plus grand bénéfice du gain de temps et de réduction du stress : Ordinateur, tablette et enfin smartphone, puisque celui-ci peut le mener jusqu’au produit souhaité avec le store locator du magasin, une shopping list embarquée, ou une appli dédiée intégrant la carte de fidélité.

Aucun marché n’échappe à ce Tsunami numérique ‘’économiseur de temps’’. Un exemple : Qui aurait dit que le marché des chaussures vendues en ligne rencontrerait un tel succès ? Pourtant essayer, sentir, toucher, retourner, hésiter  est important pour un produit que vous allez porter au quotidien. Pourtant Sarenza a réussi à convaincre ses clients que se rendre dans trois magasins pour trouver ses chaussures et ne pas avoir sa pointure… c’est perdre son temps. Si bien que l’enseigne Eram a ouvert son site de vente en ligne pour ne pas être limitée face à ce nouveau mode d’achat de chaussures.

 

Aucun marché n'est épargné : en France Evian teste depuis 2 ans la livraison à domicile d’eau, par pack, mais également par forfait famille... et ça marche ! Après un test sur un arrondissement à Paris, l’eau n’y est pas plus chère que sur les sites de ventes en ligne et la livraison est gratuite assez rapidement. Alors certes cela reste plus cher que faire ses courses soi-même mais pas de rupture de stocks, on gagne du temps et de l’argent (evianchezvous.com).

Et vous pouvez même commander en mode wifi avec un magnet électronique chargé d’envoyer l’ordre d’achat quand vous constatez que votre frigo est vide.

 

L’ultime machine à gagner du temps : le Drive est né.

Finis les déplacements et finis les manipulations des produits ! Le marché alimentaire a mis du temps à trouver un modèle viable de  vente en ligne. Et il l’a trouvé sur la base d’une idée simple : proposer aux clients de faire la moitié du chemin ‘’nous préparons votre commande… et vous venez chercher’’.  Et les français adorent : 5 ans de tests initiés par Chrono Drive, et 2139 points drive ouverts au 2 avril 2013 en moins de 3 ans (sources O. Dauvers Drive insights). Et on estime que d’ici 2015 plus de 4 500 000 français seront adeptes représentant une part de marché PGC de 6,1%.

Une triste date : juin 2013 est celle de la disparition du pionnier Télémarket, qui avait inventé le modèle urbain et débuté la vente en ligne via … le Minitel.

 

Gagner du temps même si ce n’est pas gratuit.

Après 5 ans de test à Seattle, Amazon Fresh a commencé à déployer aux Etats-Unis son service de vente en ligne de livraison à domicile de produits frais. Ce qui était incroyable il y a quelques années semble possible aujourd’hui : livrer des fruits et légumes avec ma lessive, mais également le dernier Goncourt,  un dvd et la dernière Playstation.

Prix du service ‘’full free option’’ annuel 299 us$ (incluant Premium) . Pour démarrer, Amazon offre 90 jours de livraison gratuite…. La guerre entre on et off est repartie sur le dernier bastion de résistance du commerce de proximité : les produits frais.

 

Gagner du temps c’est aussi ne rien oublier …

En utilisant son smartphone,  et on fait sa liste de courses au fur et à mesure de la semaine, en cumulant les offres promotionnelles, les coupons, les offres de fidélités. Puis on commande pour se faire livrer par son magasin de proximité Tesco.

Mc Donalds

Une autre utilisation du mobile et du digital pour ‘’gagner du temps’’ l’application GoMcDo  (présente sur Passbook Apple) de Mac Donald’s : commandez votre menu où que vous soyez via votre mobile,  payez via paypal  sur les bornes easy order / easy check dans le restaurant de votre choix , et allez à un point de retrait retirer votre commande … Finie la queue chez le leader du fast food.

 

Voyagessncf.com le pionnier de la vente de services en ligne…

Qui imaginerait aujourd’hui aller faire la queue en gare pour acheter le billet aller/retour ‘du petit dernier qui part en vacances chez sa grand-mère’’ ? La SNCF a évangélisé la vente en ligne d’une part, mais également l’utilisation du smartphone pour les billets électroniques, et du QR-Code pour valider son billet.

 

Pour une maman, le temps gagné pour s’occuper de son bébé est précieux. Amazon et Pampers créent l’abonnement couches et un mois de lessive à -50%

Un bébé c’est 198 couches par mois, soit 9 paquets de 24 couches,  soit 2 paquets par semaine.

Un abonnement est totalement en phase avec les attentes d’une jeune mère de famille : elle s’abonne et donne elle-même le rythme de livraison car tout cela représente du volume ; Et comme les lessives sont nombreuses,  Procter vous propose, en partenariat avec Amazon, 50% sur l’achat d’un mois de lessive.

 

 

Tout est fait dorénavant pour alléger les contraintes des achats et ne plus faire de ses courses une corvée. Avec bien entendu un gros risque pour le commerce : et si le shopper ne venait plus en magasin ? Ou n’y faisait que du ‘’showrooming’’ ?  Le risque est grand, notamment avec le format drive sur parking qui accélère la baisse de fréquentation dans le magasin (contrairement au format point de collecte type ITM ou U).

La seule réponse possible est de « réenchanter le commerce » et faire ce qu'il faut pour que l'expérience des courses soit porteuse de sens, source de rencontres, d'enrichissements. Pas seulement une réponse à un besoin, mais un moment de notre vie et une occasion d'être nous-mêmes!

L’équipe Altavia shopperMind

www.altavia-group.com
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter