Gamm Vert ou son concept magasin autour du produire soi-même

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

C'est à Ormoy, dans l'Essonne, que Gamm Vert teste un nouveau concept de jardinerie autour d'un nouveau positionnement : "Produire soi-même, ça change tout!". L'objectif étant que les 1000 magasins adoptent cette nouvelle identité d'ici 2020.

Gamm Vert se positionne sur l'auto-production à Ormoy.
Gamm Vert se positionne sur l'auto-production à Ormoy.

Rien de mieux qu'un magasin à soi pour montrer un nouveau concept. Les dirigeants de Gamm Vert ont donc choisi un point de vente racheté à la coopérative Agralis au printemps dernier pour exposer les pistes d'une nouvelle identité centrée autour du "produire soi-même", en région parisienne, dans l'Essonne. L'idée part du constat que les Français sont de plus en en plus intéressés par l'auto-production pour s'alimenter. "Il y a une vraie attente, même si pour certains, cela relève du fantasme, explique Jean-Pierre Dassieu, directeur général de Gamm Vert. Selon une étude réalisée par BVA, un tiers de Français font déjà partie des autoproducteurs et 42% aimeraient le faire". En tant que spécialiste avec le réseau le plus dense de France, 1000 magasins, dont 90% en franchise, Gamm Vert compte bien apporter du savoir-faire et le faire savoir.

Proposer une solution

Confitures, oeufs, potager : les entrées sont multiples. Numéro un sur le potager avec 11% de part de marché, numéro un également sur la basse-cour avec 41% de part de marché, numéro un enfin dans l'apiculture avec 10 000 ruches vendues par an, Gamm Vert occupe déjà une position forte, accrue par son profil de producteur. Gamm Vert est en effet adossé à In Vivo, qui possède une quarantaine de coopératives agricoles. A Ormoy, cette prédominance trouve une traduction concrète. Une nouvelle génération de têtes de gondole fait son entrée sur fond bois et présente non pas de simples produits, mais une solution. "Faire fleurir les bulbes printaniers"  ou "réaliser ses semis d'automne", telles sont les questions auxquelles prétendent répondre une dizaine de têtes de gondoles. Trois ou quatre podiums proposent une mise en scène plus théâtralisée, autour des pots (de confiture et autres...) à faire soi-même par exemple ou sur la manière de cultiver ses agrumes.

200 magasins ont dit oui

Présenté lors d'une convention en octobre dernier à Lyon, le concept a séduit, selon Jean-Pierre Dassieu et Frédéric Guyot, directeur général délégué du pôle jardineries chez Gamm Vert, 200 adhérents, prêts à l'adopter. Le montant de l'investissement reste modeste : 5000 à 8000 euros au total. Idéal pour les petites surfaces, 1000-1500 m2, il est plus difficile à rentabiliser pour les grandes. Le rapprochement avec Jardiland, annoncé en octobre et dans l'attente du feu vert de l'Autorité de la concurrence, ne change pas les choses sur ce nouveau concept.

 

 

 

 

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA