Gare à la guerre des prix !

|

De l'extérieur, ça ressemble à l'oasis de la grande consommation. Peu importe la conjoncture économique, le dollar, le pétrole, les Français se ruent sur les téléviseurs, les mobiles, les ordinateurs et les consoles de jeu. Et c'est vrai que lorsque les fabricants de pâtes ou les lessiviers se satisfont de 3 % de croissance, les industriels du mobile tirent la sonnette d'alarme lorsque leur taux passe sous les 10 %. Les dieux de la grande conso se seraient-ils penchés sur le berceau de l'électronique ? Pas si simple. Le monde de la high-tech grand public a des cadavres pleins ses placards (Thomson, Bull, etc.). La faute à une concurrence farouche, sur l'un des marchés les plus mondialisés. Dans le mobile, par exemple : un Coréen (Samsung) vient de dépasser un Américain (Motorola) et se lance à l'assaut d'un Européen (Nokia) en regardant dans son rétroviseur la montée en puissance d'un Nippo-Suédois (Sony Ericsson). La concurrence est globale. Et c'est en général sur l'étiquette du prix que se joue le match. Résultat : sur des marchés comme l'informatique ou la télévision, les baisses de tarif sont spectaculaires. Elles entament les marges des fabricants et des distributeurs. Ces derniers doivent écouler de gros volumes à moindre coût. Lorsque le prix d'un produit chute rapidement, il passe en libre-service pour ne pas monopoliser de vendeur. Et si le client ne sait pas faire fonctionner son appareil, le distributeur lui facturera un service d'aide à domicile. Une oasis, peut-être, mais où il faut jouer des coudes pour décrocher le cocotier.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2043

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous