Gaspillage alimentaire : ces initiatives déjà mises en place par les distributeurs

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier En juin 2015 puis à l’occasion de la Cop 21, distributeurs mondiaux et grands industriels, réunis au sein du "Consummer goods forum", ont pris un engagement de poids : réduire de moitié leur gaspillage alimentaire à l’horizon 2025. Mais déjà, des initiatives sont mises en place en magasin. Sélection de quelques exemples astucieux.

Les produits frais, qui se gardent peu de temps en magasin, sont la cible prioritaire des distributeurs pour enrayer le gaspillage alimentaire.
Les produits frais, qui se gardent peu de temps en magasin, sont la cible prioritaire des distributeurs pour enrayer le gaspillage alimentaire.© TheStockCube - Fotolia

Un engagement de taille passé relativement inaperçu. Au mois de juin, les plus gros distributeurs mondiaux ainsi que les industriels se sont fixés un objectif important pour réduire drastiquement leur gaspillage alimentaire : ils se sont en effet engagés à réduire de moitié ces déchets d’ici à 2025. « Le plus simple est bien sûr de créer du compost avec les produits frais ou de faire des dons, mais l’idée est de remonter en amont les filières pour réduire ces pertes », synthétise Ignacio Gavilan, directeur développement durable au consummer goods forum.

Sainsbury’s met en compétition les villes anglaises
Parmi les bons élèves, Sainsbury’s a pris à bras le corps ce problème. Le distributeur britannique a mis sur la table près de 13 millions d’euros (10 millions de livres) dans son programme "Waste less, save more" (littéralement : Gaspillez moins pour sauver plus [d’aliments, ndlr]). Il a fait appel pour cela à des collectivités et des entités que le retailer a mis en compétition. Le 1er décembre dernier, le supermarché vainqueur, situé au sud de Manchester, a été dévoilé. Il a mis au point un programme pour travailler avec les familles et réduire leurs déchets durablement en passant au crible leurs comportements d’achat.
Parmi les autres pistes développées, citons l’exemple des food trucks, approvisionnés avec des produits en fin de vie. Monoprix a d’ailleurs un projet similaire depuis trois ans qu’elle sort à l’occasion de la semaine contre le gaspillage alimentaire. Autre idée retenue : le marc de café est précieusement conservé afin de servir d’engrai pour faire pousser des champignons ! La société Prêt-à-pousser, qui propose des kits de champignons à acheter en ligne, a d'ailleurs été récompensée au SIAL pour cette idée astucieuse en 2014, la grand messe de l’innovation alimentaire.

La petite feuille qui sauve les fruits chez Waitrose
Autre enseigne britannique sensibilisée à ce défi, Waitrose veille à la bonne conservation de ses fruits. Pour les fraises et les framboises, un film situé au fond de la barquette permet d’augmenter la durée de ces produits de cinq jours ! Un gain énorme pour ses produits frais qui souffrent d’un taux de casse très élevé en magasin...

Une liste de courses intelligente


Aux Etats-Unis, le collectif EndFoodWaste multiplie les initiatives pour éviter le gaspillage alimentaire, qui représente quelque 1,3 milliard de tonnes de nourriture en 2014 (soit un tiers des aliments produits au niveau mondial !) Parmi leurs actions, l’association a notamment édité une liste de courses intelligente. Les clients doivent prévoir en amont leur repas et établir en fonction une liste de courses élaborée uniquement avec les produits dont ils ont besoin pour mitonner ces recettes.L
D’autres initiatives ont été menées par Carrefour, numéro 2 mondial dans la distribution. Le groupe a travaillé à réduire les pertes de produits en optimisant, par exemple, la température des camions pour mieux préserver les aliments en Amérique Latine et en Afrique.

Le sacre des produits moches
Au niveau mondial, le sacre des produits moches est un ultime signe de cette prise de conscience collective. Initiée dans les pays anglo-saxons, la folie des produits biscornus -mais bons à consommer- bat son plein dans l’Hexagone. Intermarché a médiatisé en premier en France cette campagne marketing en vendant des fruits et légumes 30 % moins chers du fait de leurs défauts visuels.
Les concurrents des Mousquetaires s’appuient principalement sur le collectif de Nicolas Chabanne, les Gueules cassées, pour proposer eux aussi une offre similaire. Certes, ces références à prix réduits séduisent, mais elles restent une équation délicate pour les groupes. Car, si elles sont un excellent moyen pour les distributeurs de redorer leur image, ils ne peuvent pas pour autant parier sur ces denrées vendues au rabais pour asseoir leur marge…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA