Géant rode l'encaissement en libre-service

|

L'hypermarché Géant de Chasse-sur-Rhône (Isère) teste la caisse sans caissière depuis le 19 mai. Un mois après, les résultats semblent bons. Mais l'enseigne attend décembre avant de décider son déploiement.

L'opération dure trois minutes. Une cliente scanne un paquet de gâteaux et le met en sachet. Une dizaine d'articles plus tard, elle glisse sa carte bancaire dans la machine puis sort du magasin. Derrière elle, une fillette de dix ans passe une baguette de pain devant la machine. Plus loin, un homme d'une cinquantaine d'années, poussant un chariot bien garni, observe la scène et se dirige finalement vers une caisse « normale ». Il est 11 h 30 ce lundi matin, chaque caisse en libre-service accueille un consommateur.

Un peu plus d'un mois après leur installation, au sein de l'hypermarché Géant de Chasse-sur-Rhône, en Isère, les quatre caisses en libre-service ont trouvé leur place au milieu des 28 autres postes de la ligne de caisse. Elles remplacent les caisses de moins de dix articles dont elles reprennent le nom : Caisse Express. « Chaque unité reçoit quelque 200 clients par jour », se félicite Jean-Paul Jacquier, directeur du magasin. L'enseigne espère bientôt atteindre un rythme de croisière de 280 clients par caisse. Pour cela, elle n'hésite pas à mettre les moyens. Les machines sont situées quasiment en face de l'entrée du magasin, dotées de lumières qui indiquent leur présence et d'une signalétique aérienne qui les surplombe.

De couleur vert pastel et jaune, elles rompent avec l'alignement des autres caisses. Tout est fait pour attirer les clients. Le personnel est chargé d'aller dénicher les consommateurs munis de paniers aux autres caisses. « Nous avons formé, pendant une journée, une quinzaine d'hôtesses au maniement de la machine pour aider la clientèle pendant cette période de test. Elles ont été formées à l'accueil du client sur une journée également », souligne Jean-Paul Jacquier. Au final ne subsistera qu'un(e) superviseur(seuse) par îlot (quatre caisses).

Pratique et rapide

L'enseigne communique avec abondance dans le magasin. T-shirts à l'effigie des Caisse Express, PLV en rayon durant les premières semaines, double page dans un prospectus explicatif... « Ces caisses doivent rendre un service supplémentaire aux clients. L'objectif est de leur procurer plus de confort d'achat », explique Benoît Cornu, directeur délégué du Groupe Casino. Et tandis que les expériences menées à l'étranger se déroulent la plupart du temps dans les supermarchés, le magasin de Chasse-sur-Rhône est le pilote idéal selon Géant. « C'est un hyper de proximité de 6 300 m2, qui reçoit à la fois des très gros chariots et des personnes qui viennent faire quelques courses entre midi et deux heures », poursuit Benoît Cornu. Autre élément déclencheur du choix de ces nouvelles caisses, le recul entre la ligne de caisses et les rayons ne dépasse pas trois mètres. « Dès qu'il y avait deux clients, la ligne d'attente rentrait aussitôt dans le rayon », poursuit Jean-Paul Jacquier.

Tout n'est pas idéal cependant. L'absence de codes-barres sur une soixantaine de références en fruits et légumes, payables à la pièce, demeure le principal point à améliorer. « Avant d'arriver au melon choisi, quatre écrans doivent défiler, ce qui ralentit le passage », explique Jean-Paul Jacquier. Résultat : « Nous devons encore travaillert avec les fournisseurs pour pouvoir mettre des codes-barres sur ces produits », poursuit-il.

La machine construite par NCR et fonctionnant avec le logiciel Symag impose également d'avoir des imprimantes de bonne qualité faute de quoi le scannage des produits se fait dans de mauvaises conditions. Mais les clients y prennent goût. Pratique et rapide sont les mots qui viennent à l'esprit des consommateurs qui ont testé ces machines.

Bientôt des tests chez Auchan et Hyparlo

À la moindre hésitation des consommateurs devant la machine, une des quatre hôtesses présentes sur l'îlot vient les conseiller. « La caisse en libre-service a un grand avenir puisqu'elle vient en complément des caisses classiques. Un îlot de quatre caisses me paraît l'idéal pour chaque magasin », poursuit Benoît Cornu. Quant au déploiement de ces outils dans les magasins Géant, le directeur délégué de Casino attend la fin des tests en décembre pour se prononcer. Le temps d'observer la concurrence - Auchan et Hyparlo doivent bientôt lancer des tests - et de faire les comptes. Une caisse en libre-service revient en effet à plus de 20 000 euros contre 11 000 euros pour une solution traditionnelle. Sous réserve que l'innovation ne provoque pas de remous social, l'horizon semble pourtant dégagé. Car près de 20 % des clients utiliseraient ces nouvelles caisses. Et elles pèseraient déjà, selon des informations non confirmées par l'enseigne, plus de 9 % du chiffre d'affaires du point de vente.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1866

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous