Gérard Mulliez : "Les entreprises de l'Association Familiale Mulliez ont payé plus de 12 milliards d'impôts en 10 ans"

|

Dans une longue interview à Valeurs actuelles, le fondateur du groupe Auchan s’est offusqué de l’acharnement du fisc à sa famille. Il s’oppose aussi à l’impôt sur la fortune, et a rencontré Emmanuel Macron, il y a quelques mois, dans sa résidence du Touquet…

Le patron d'Auchan peut-il influencer Emmanuel Macron sur l'importance du prix bas et la suppression de l'impôt sur la fortune ?
Le patron d'Auchan peut-il influencer Emmanuel Macron sur l'importance du prix bas et la suppression de l'impôt sur la fortune ? © DR

Gérard Mulliez “à coeur ouvert” dans Valeurs actuelles, quelques semaines après que le fisc ait débarqué dans les propriétés de la famille - quatre en France et quatre en Belgique - à 6 heures du matin, “comme si nous étions des bandits de grands chemins”. Des perquisitions qui ont fait la “une” des journaux. Le fondateur d’Auchan précise qu’il a toujours travaillé, résidé et payé ses impôts en France, et c’est le cas de la majorité des 600 membres de la famille qui composent l’Association Familiale Mulliez, à la tête d’Auchan Holding, Leroy Merlin, Décathlon etc.

Selon Gérard Mulliez, les entreprises de l’AFM ont payé en dix ans “12,2 milliards d’euros sur les résultats”, sans compter la TVA, les charges sociales et aux taxes spécifiques. “Ce n’est pas mal, non ?”. Sur 100 euros dépensés dans les magasins, ajoute-t-il aux journalistes de l’hebdomadaire, les entreprises gagnent 50 centimes et l’Etat perçoit quatre fois plus, soit 2 euros en impôts et taxes. L’épicier le plus riche de France, estime aussi que l’impôt sur la fortune est un mauvais choix, parce qu’il empêche d’investir dans l’entreprise. “C’est un non sens économique”.

"La guerre des prix est un mensonge"

Autant d’idées que Gérard Mulliez a pu défendre dans un dialogue avec Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, dans sa maison du Touquet, à Pâques dernier. A l'époque, les deux sans doute ne s’attendaient pas à être l’objet des attentions du fisc : c’est à cause de la valeur de la maison du Touquet qu’Emmanuel Macron a vu le montant de son impôt révisé de quelques milliers d’euros ! Il s’en est longuement expliqué sur sa page Facebook, lundi 13 juin. Gérard Mulliez défend aussi l’idée du bas prix - pour lui, la guerre des prix “est un mensonge”, car “l’ensemble de la marge doit être faible, il vaut mieux vendre 100 petits gâteaux à 1 centime, que dix petits à 10 centimes, ce n’est pas le même métier”. Emmnuel Macron, en charge des relations industrie commerce, a dû l'écouter avec attention...

Gérard Mulliez voudrait aussi rencontrer l’homme qui fait l’actualité du moment, le leader de la CGT Philippe Martinez, et préconise le parrainage comme l’a pratiqué l’Association Familiale Mulliez. “Il y a 3 millions d’entreprises en France, si chacune parrainait un créateur, cela ferait 3 millions d’emplois de plus”. A 85 ans, l’homme a les idées bien tranchées. Emmanuel Macron aurait-il trouvé en lui un parrain de poids pour son mouvement “En Marche” ? Probablement pas financièrement. Gérard Mulliez reste un économe. “Chez moi, j’éteins les lumières”...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations