Gestion des invendus : Phenix lève 15 millions d’euros

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La start-up française veut accélérer son développement à l’international via sa plateforme web qui met en relation les acteurs de la grande conso et les associations.

Phenix
Phenix© Phenix

Phenix, start-up pionnière de l’économie circulaire et acteur incontournable de la gestion intelligente des invendus et des déchets a finalisé un tour de table de 15 millions d’euros mené conjointement par Environmental Technologies Fund (ETF Partners) et Bpifrance, via le fonds Ville de Demain, géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d'Investissements d'Avenir. Sofiouest et Arkéa (via son fonds d’impact sociétal We Positive Invest) ont également participé à cette levée de fonds. Les capitaux levés permettront à Phenix d’accélérer son développement international, d’investir dans le développement de nouveaux services digitaux et d’étendre son activité vers la gestion d’autres flux de déchets. "Nous avons une opportunité incroyable de bâtir le nouveau standard dans la gestion des déchets pour les générations futures, explique Baptiste Corval, co-fondateur de la start-up. Nous pensons que le modèle traditionnel et linéaire de gestion des déchets est sur le point d’être bouleversé. Nous constatons une tendance de fond vers l’économie circulaire et le zéro déchet".

Créée en 2014 par Jean Moreau et Baptiste Corval, la jeune pousse a mis au point des solutions technologiques pour réduire le gaspillage et son impact social et environnemental. Concrètement, elle accompagne les enseignes via un ensemble de services digitaux et un suivi personnalisé afin de leur proposer une alternative crédible à l’enfouissement et à l’incinération payants de leurs déchets et trouver la meilleure filière de revalorisation possible pour leurs invendus : promotion sur les produits en date courte, don aux associations caritatives, déstockeurs, acteurs de l'alimentation animale et recycleurs. En contrepartie, ils réalisent des économies sur leurs coûts de traitement des déchets et bénéficient d’un chiffre d’affaire additionnel ou d’une réduction d’impôt liée à la fiscalité du don en France. C’est une plateforme web qui met en relation la grande distribution, les industriels et les organisateurs d’événements avec les associations et entreprises sociales et solidaires. Les produits invendus ou en surplus des premiers sont revalorisés par les seconds et distribués aux plus défavorisés, prolongeant ainsi la politique RSE des acteurs de la grande consommation.

La start-up, qui a ouvert 21 antennes en région, travaille avec plus de 950 associations référencées et un millier de clients dont les cinq plus grandes enseignes de la grande distribution en France. En France, d’autres acteurs à l’instar de Comerso se sont positionnés avec succès sur la gestion des invendus alimentaires et non-alimentaires.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA