Gilles Mollard, l'ex DG de Toys'R'Us, à la tête de Truffaut [Exclusif]

Après avoir dirigé pendant presque dix ans la filiale française de Toys’R’Us, Gilles Mollard prend la direction de Truffaut. Avec 58 jardineries, ce dernier frôle les 500 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Gilles Mollard va diriger le réseau de jardineries Truffaut à compter du 10 octobre 2015.
Gilles Mollard va diriger le réseau de jardineries Truffaut à compter du 10 octobre 2015.© DR

Du jouet au jardin. A part la première lettre, voilà deux secteurs qui n’ont pas grand-chose en commun. Directeur général de Toys’R’Us France depuis 2006, Gilles Mollard avait quitté la filiale française au début de l’été, après une année 2014 en demi-teinte. Certes, le chiffre d’affaires de Toys avait progressé à 1,4% pour 618,5 millions d’euros, mais deux fois moins que le marché du jouet (+3%).L'enseigne avait également fermé l'un de ses magasins pour un parc de 48 points de vente en 2014. "La filiale française n'était pas la plus mauvaise élève mais le groupe a essuyé des contreperformances au niveau européen, notamment dans les pays du sud", confie un acteur du secteur. Est-ce ceci qui explique cela ? En tout cas, Gilles Mollard tire sa révérence.

Une première vie dans l'alimentaire

Diplômé de l'Ecole de Management de Lyon, Gilles Mollard avait longtemps travaillé au sein des Comptoirs Modernes, enseigne rachetée ensuite par le groupe Carrefour qu'il rejoint en 1996. D'abord nommé directeur des opérations supermarché Carrefour en Espagne, il accompagne l'internationalisation de l'enseigne en Amérique du Sud. De retour en Europe en 2002, il entre chez Casino à la fonction de directeur général des supermarchés aux Pays-Bas avant d'intégrer Toys'R'Us en 2006.

Truffaut à l'abri de la crise

A la tête de Truffaut, classé 89ème dans le Top 100 des enseignes de commerce en France établi par LSA en septembre dernier, Gilles Mollard aura pour tâche de diriger un réseau de 58 jardineries pour un chiffre d’affaires proche de celui de Toys’R’Us France, à 473 millions d’euros. Dans un secteur plutôt morose, celui des jardineries, Truffaut s’en sort bien avec une croissance de 3,7% de son activité en 2014. En revanche, voilà un secteur qui pourrait se concentrer dans les années à venir.  Avec Truffaut comme principal acteur ?

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message