Go Sport souffre au premier semestre, mais rebondit au deuxième trimestre

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

RÉSULTAT Si Go Sport affiche au premier semestre des résultats comparables à ceux du marché avec un chiffre d'affaires en léger repli de 0,6%, le groupe repart au deuxième trimestre (+5,8%). La raison : l'intensification des promotions, qui a pour contrepartie une érosion de la marge.

Go Sport redresse la barre au deuxième trimestre grâce au recours aux promotions.
Go Sport redresse la barre au deuxième trimestre grâce au recours aux promotions.

Le troisième groupe français d’articles de sport affiche une nouvelle (légère) baisse de son chiffre d’affaires au premier semestre 2014, à -0,6% en comparable, à 305,1 millions d’euros. Go Sport France flanche encore davantage avec une baisse de 2,6%, sur un marché lui-même en repli de 1% en 2013, à 9 milliards d’euros. Côté  résultat, les choses se gâtent avec un résultat d’exploitation en baisse de 10,4% (il baissait de 7,8% sur la même période de 2013) et un résultat opérationnel courant  (ROC) qui chute de 17,8% (-16,5% au premier semestre 2013). Au total, le résultat net diminue de 19,2% sur les six premiers mois de l’année (contre -8,6% au premier semestre 2013), en recul de 10,6 millions d’euros. Cette évolution s’explique, selon le communiqué du groupe, par l’impact du résultat non-récurrent issu de la cession du droit au bail du magasin Courir des Champs-Elysées. Au final, la dette financière nette se creuse, à 125,4 millions d’euros, contre 102,9 millions d’euros sur le premier semestre 2013.

Cette dégradation des résultats s’explique également par l’accroissement des promotions chez Go Sport France, une sorte de retour aux « fondamentaux du commerce », comme se plaît à le définir l’enseigne. Est-ce cela qui a déjà permis à l’enseigne de renverser la tendance au deuxième trimestre 2014 ? Durant cette période, le chiffre d’affaires a augmenté de 5,3% en comparable en France, alors qu’au premier trimestre, il chutait de 8,8%. Du coup, pour le second semestre, l’enseigne compte donner la priorité au terrain et à la « réactivité locale » du réseau. Ce qui passe par davantage d’autonomie pour les directeurs de magasins et davantage de partenariats locaux avec des clubs, des comités d’entreprise et des associations. Go Sport devrait également lancer une marketplace dédiée aux commerçants du sport et ouvrir de nouveaux magasins en affiliation.

Go Sport renouvelle son partenariat avec le PSG pour les trois prochaines saisons et renforce son alliance avec les grandes marques internationales de sport, avec l’introduction de nouvelles comme BH (Cycle) et Jack&Jones. L’enseigne a également renforcé son accord aux achats avec STMI grâce, notamment à l’adhésion en avril 2014 de l’enseigne Sport XX, qui appartient au groupe Migros. STMI couvre désormais un parc de près de 1300 magasins dans douze pays d’Europe pour un volume d’affaires de 1,7 milliard d’euros.

Contrairement à la France, l’international (la Pologne) n’a pas repris au deuxième trimestre avec un chiffre d’affaires en baisse de 6% en comparable. Seule l’enseigne Courir (159 magasins) connaît une progression à deux chiffres, à + 11,2%.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA