Google Shopping à armes égales avec ses concurrents ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le groupe commence à se plier aux exigences de la Commission européenne, et change les règles de fonctionnement de son comparateur ‘Google Shopping’. Il sera désormais géré comme une entité séparée et participera aux enchères de la même manière que les autres comparateurs de prix.  

google

La sanction de la Commission européenne infligée à Google au mois de juin dernier commence à porter ses fruits. La firme a en effet annoncé des changements relatifs à son service de comparaison de prix ‘Google Shopping’, dont les premiers effets devraient voir le jour ce jeudi 28 septembre. Ainsi, en Europe et en Suisse, ‘Google Shopping’ devrait être géré de manière indépendante, ce qui implique qu’il participera comme tous les autres comparateurs de prix, aux enchères permettant de remonter dans les résultats publicitaires. Plus concrètement, lorsqu'un internaute entrera dans le moteur de recherche une requête relative à un produit, il obtiendra des résultats à la fois de la part de Google Shopping et de ses concurrents, au sein du carrousel de visuels consacré, en haut de page.

Près de 300 sites en Europe pour participer aux enchères

Google a d’ores et déjà annoncé qu’une douzaine de comparateurs de prix sont prêts à participer à ces enchères, et qu’au total, près de 300 sites en Europe susceptibles d'y prendre part. Un premier pas de la part de Google, comme un signe de sa bonne volonté à satisfaire les exigences de la Commission européenne, qui a déjà prévenu qu’elle suivrait de près les changements mis en place par la firme. «Nous mettons en œuvre un remède pour nous conformer à la récente décision de la Commission européenne », a indiqué Al Verney, porte-parole du groupe, par voie de communiqué. « Google Shopping va participer aux enchères à armes égales (avec ses concurrents, ndlr) et va être géré comme s’il était une entité séparée, participant aux enchères de la même façon que les autres ». Google Shopping devrait ainsi être doté d’un budget propre, et évidemment, avec un chiffre d’affaires d’un peu plus de 90 milliards de dollars l’an passé, l’entreprise a amplement de quoi rivaliser (écraser ?) les autres comparateurs de prix sur le principe d’enchères afin d’être en pole position dans les résultats affichés.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA