Google va pénaliser les sites trop lents sur mobile

|

Les marchands, qui font partie des mauvais élèves car leurs pages sont lentes à charger sur les smartphones et tablettes, doivent revoir leur stratégie de référencement naturel avant juillet 2018.

danger
danger© sudowoodo/123RF

A partir de juillet 2018, la vitesse de chargement des pages d'un site sur smartphones et tablettes sera prise en compte par l'algorithme de Google dans le référencement naturel sur mobile, c’est-à-dire le classement non payant des sites proposé par Google aux mobinautes qui effectuent une requête sur son moteur de recherche. Le géant du net s'apprête à mettre à jour son système de calcul pour y intégrer ce nouveau critère. Les sites qui ne seront pas assez rapides seront rétrogradés, indique-t-il dans une annonce diffusée mi-janvier 2018.

Une donnée que les marchands doivent prendre en compte s'ils veulent continuer à vendre leurs produits aux mobinautes, sachant qu'au deuxième trimestre 2017, un achat en ligne sur trois en France a été effectué via ce canal de vente selon la Fevad. Les retailers doivent être d'autant plus vigilants qu'ils ont été montrés du doigt dans une enquête rendue publique en février 2017 par Google. En moyenne à l'international, leurs sites détiennent le record du temps de chargement le plus long avec ceux des entreprises du secteur de l'automobile et des nouvelles technologies, car ils contiennent trop d'images (le document ne donne pas plus de détails chiffrés).

La multinationale n'a pas précisé quelle sera la durée de chargement mobile maximale tolérée par son algorithme avant de procéder à ce déclassement. Elle a toutefois souligné que cela restera un critère parmi d'autres, la pertinence du contenu proposé par une page par rapport à la requête du mobinaute restant prioritaire. Il n'empêche : au-delà de trois secondes de temps de chargement, les sites perdent en moyenne 40% de leur audience selon le rapport de Google. En France, une page met en moyenne 8,8 secondes à être chargée avec une connexion 3G selon une autre étude menée par le groupe en Europe auprès de 6 millions de sites, diffusée en septembre 2017.

Pour mesurer leurs performances, le moteur de recherche recommande aux entreprises de saisir l'URL de leurs pages web sur l'outil PageSpeed Insights. Cette plateforme web propose également une série de recommandations aux groupes qui veulent améliorer la vitesse de chargement de leurs sites sur mobile. Ils peuvent par exemple diminuer le nombre d'éléments ou de photos présents sur une page ou encore basculer vers le format AMP (pour accelerated mobile pages, ou accélérateur de pages sur mobile en français). Ce format a été créé par Google fin 2015 précisément pour permettre aux mobinautes d'accéder plus rapidement au contenu web sur leur smartphone.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message