Gourmandise et simplicité

|

Chahutées l'an dernier, les soupes retrouvent de l'élan grâce à des innovations, un renforcement du coeur de marché et des expériences gustatives inédites. Sauces et aides culinaires profitent du retour des Français aux fourneaux.

Le plus gros segment

Les soupes et potages, à 424 M€, + 1,4 %

Source : SymphonyIRI, CAM au 4.7.2010, évolution vs 2009

Malmenée l'an dernier par la crise et le retour des Français aux fourneaux, la soupe industrielle retrouve des couleurs. « L'année a été positive », résume le directeur marketing de Campbell France (Liebig et Royco), Fabrice Renaudeau. Le chiffre d'affaires global du segment est en hausse de 1,4%, tandis que les ventes glissent de 0,9% en volume. « Mais cette baisse masque de fortes disparités, réagit Fabrice Renaudeau. Les liquides sont en progression. Ce sont les catégories déshydratées et instantanées à cuire qui ont encore baissé, sous l'effet de faibles volumes de promotions. »

 

Promotions et innovations, la recette du succès

 

Les sauces froides

+ 8,8 %, à 119,4 M€

Les aides culinaires et croûtons

+ 4,4 %, à 264,9 M€

La soupe a donc digéré la vogue du fait-maison. Les industriels l'expliquent par deux raisons. L'activation des promotions et les campagnes de communication ont dopé les ventes au coeur d'un hiver rigoureux. « Mais les promotions ne sont jamais un moyen pérenne de soutenir un marché, rappelle Serge Adida, chef de groupe pour Knorr soupes. Ce sont surtout les innovations qui ont fait croître la demande. »

Les sauces déshydratées

- 11,9 %, à 22,2 M€

En la matière, les industriels n'ont pas été avares. Knorr a attaqué le marché suivant deux axes. D'abord un renouvellement régulier du coeur de gamme, en innovant sur les soupes du quotidien. Second axe, la gourmandise. La marque d'Unilever a joué la carte premium, avec une gamme de dix Moments gourmets, d'inspiration gastronomique. Il s'agit ainsi de recruter une nouvelle cible : les hédonistes. « Ces recettes intègrent des ingrédients nobles, que nous achetons à des tarifs auxquels le particulier n'a pas accès. Pour la même recette, notre soupe sera donc moins chère que celle faite chez soi », se réjouit Serge Adida.

 

Mise en avant du naturel et de saveurs inédites

 

1,45 Mrd€

Le chiffre d'affaires* + 3,1 % en valeur** + 2 % en volume**

1,95 % La part dans le chiffre d'affaires des PGC*

18,3 % La part des promotions*

Source : SymphonyIRI

* Données CAM au 4.7.2010

** Évolution vs 2009

Les leviers sont peu ou prou identiques chez Campbell, qui propose des recettes coeur de gamme « 100% naturelles ». « Et avec une texture vraiment proche de la soupe qu'on fait soi-même », insiste Fabrice Renaudeau. C'est le cas des cinq Recettes maison de Liebig, qui attaque également le segment premium, avec la gamme Les Gourmandes. En parallèle, la marque communique aussi sur la naturalité avec sa gamme Potager malin sans colorants ni conservateurs, et sa gamme - 25% de sel. Les industriels ont également mis l'accent sur la création de recettes inédites, où la soupe devient alors un ingrédient.

Du côté des aides culinaires et des sauces, le bilan est excellent, sauf pour les sauces déshydratées, dont les ventes chutent encore (- 8,1%). Les sauces tomate, les sauces chaudes et froides sont au vert. L'effet fait-maison est passé par là : « Il profite aussi aux bouillons et aides culinaires », remarque Alice Francoual, manager de marque pour ces segments chez Knorr, où les bouillons à texture fondante Marmite de bouillon ont séduit. Autant d'ingrédients qui semblent durablement installés dans la liste de courses des consommateurs.

LES TENDANCES

Les soupes liquides restent largement préférées aux soupes déshydratées

Les recettes se calquent sur celles que l'on fait chez soi

Les gammes « premium » sont renforcées

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSPGCSIAL

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres