Gourmandises anti-crise

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le rayon affiche un solide dynamisme, grâce à l'inventivité des marques, qui ne cessent d'innover. Surtout dans la catégorie des bonbons gélifiés et acidulés.

LHSPGC201106801_2Z.jpg
LHSPGC201106801_2Z.jpg© DR

Bonbons et chocolats n'en finissent plus de séduire. Avec une croissance de 2% en valeur et de 1,8% en volume, les indicateurs restent au vert. « En 2011, les industriels ont gagné 300 000 foyers supplémentaires (+ 1,3 point) », commente Jean-Michel Noël, directeur marketing de Haribo France. La raison selon les fabricants Les friandises restent un « produit refuge » qui se porte « traditionnellement bien pendant la crise ». Frédéric Bistarelli, directeur marketing de Lutti, y voit surtout l'effort récompensé des marques : « Nous opérons un travail de continuité, avec une offre large et toujours bien positionnée sur le marché. » Preuve de ses propos, la part des MDD régresse avec - 0,3 point, à 11,4%, de même que le poids des promotions, - 1 point à 17,5%.

Segment des plus dynamiques, les tablettes de chocolat, fortes d'une hausse de 2,6% en valeur et de 1,5% en volume, deviennent un marché milliardaire. Elles sont suivies de près par les friandises chocolatées (+ 6,2% en valeur et + 6,1% en volume). Kraft foods, leader du secteur, a, par exemple, commercialisé, cette année, des tablettes enrichies de pistaches caramélisées et de noix de macadamia. Milka mise sur les confiseries de chocolat avec son nouveau produit, Milka Snax.

 

Développer l'esprit ludique

Les innovations abondent surtout parmi les bonbons et les sucettes. « Les gélifiés et les acidulés tirent la croissance », développe Sonia Depoilly, directrice marketing de Chupa Chups France. Les friandises piquantes, impulsées par Lutti, foisonnent. Haribo revisite ses classiques avec Les Schtroumpfs Pik et Croco Pik (lire ci-dessus), Lutti a sorti Surprizz diabolo et la marque espagnole propose une gamme Chupa Chups Kipik.

Les enfants restent le coeur de cible de ces produits. Pour les plus petits, la marque espagnole a ainsi divisé par deux le grammage de ses sucettes. De façon générale, l'aspect ludique reste un bon argument de vente pour les jeunes consommateurs, tant avec les bonbons, goûts à créer chez Carambar (Cadbury) avec Abracadabra et animaux à recomposer dans les paquets d'Animoz chez Lutti, qu'avec les Schtroumpfs. Les images à collectionner parmi six produits Poulain, les Tattoos de Malabar (Cadbury) ou encore les licences avec les films Twilight pour Chupa Chups et Les Schtroumpfs pour Haribo, sont des déclencheurs d'achat importants.

L'offre adulte s'enrichit aussi. En plus des friandises classiques au parfum mentholé, on mise sur des sucreries plus complexes : la Vag Fresh de Lutti offre de riches textures « à la limite du chewing-gum » et les douceurs La Vosgienne (Cadbury) se déclinent avec de nouvelles saveurs depuis le mois de juillet. Le royaume de la gourmandise n'en finit pas de s'étoffer.

LES CHIFFRES

  • 3,38 Mrds € Le chiffre d'affaires
  • + 2% L'évolution en valeur
  • + 1,8% L'évolution en volume
  • 11,4% Le poids des MDD en valeur, hors hard-discount
  • 15,8% La part du hard-discount en valeur

LE PLUS GROS SEGMENT

  • Les tablettes de chocolat 1 Mrd €, à + 2,6%
  • Les confiseries de chocolat + 6,2% à 897,6 M €
  • Les chewing-gums - 4,1% à 469,8 M €
  • Les barres céréalières - 3,1% à 110,6 M €

Source : SymphonyIRI, CAM au 3.7.2011, en HM, SM et HD, évolution vs 2010

LES TENDANCES

  • Les friandises acidulées envahissent les linéaires des bonbons. Toutes les marques proposent cette année leur produit « piquant ».
  • Les petits formats visent une consommation nomade, et les plus jeunes poussent les industriels à proposer des conditionnements et des produits plus petits.
  • L'interactivité dope les ventes du rayon, en s'associant à des événements ou en proposant des jeux, des images...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSPGC2011

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA