Grâce aux fusions, les coopératives agricoles et alimentaires se maintiennent

|

Les coopératives agricoles et alimentaires réunies au sein de Coop de France vont réaliser un chiffre d'affaires de 85 milliards d'euros en 2015 et résistent grâce à une multitude de fusions entre elles. Pour la première fois, une campagne de communication est orientée vers les consommateurs. A la tête de Coop de France, Michel Prugue (Maisadour) va remplacer Philippe Mangin (In Vivo). 

Philippe Mangin, président de Coop de France, a imposé le modèle économique vis à vis des pouvoirs publics, et veut la même chose vis à vis des citoyens et des consommateurs
Philippe Mangin, président de Coop de France, a imposé le modèle économique vis à vis des pouvoirs publics, et veut la même chose vis à vis des citoyens et des consommateurs© © Sylvie Humbert

Malgré la crise, les coopératives agricoles et alimentaires, qui représentent 40 % de l'agroalimentaire en France et un tiers des marques de grande consommation, réussissent à maintenir leur activité aux alentours de 85,1 milliards d'euros pour l'exercice 2015, avec un résultat net d'environ 1 %, une fois déduits les investissements et la rémunération des coopérateurs. Un niveau de bénéfice faible, mais une activité qui se maintient dans la durée, grâce aux fusions et acquisitions. "Le nombre de coopératives a diminué de 50%, qui traduisent la volonté d'adaptation à une économie européennisée et mondialisée", a précisé le directeur de Coop de France, Pascal Viné. "Notre réseau reste en mouvement, plus encore en ce moment de crise où il faut gagner en compétitivité, regagner des parts de marché, en France et à l'international", a ajouté Philippe Mangin, président de Coop de France.

Le volume des acquisitions a atteint 689 millions d'euros, soit le double de 2014, avec le rachat de sociétés privées en France (Doux par Terrena dans la volaille, ou le rachat de nombreux grossistes) et à l'international. Mais ce sont surtout les fusions qui se poursuivent et donnent la surface adéquate pour faire face au marché. Dans le lait, Agrial vient de fusionner avec Eurial, In Vivo est entré au capital de Vinadeis (ex-Val d'Orbieu) et a racheté Cordier, les filiales meunerie d'Axéréal et Dijon Céréales sont en cours de rapprochement, dans les fruits, Blue Whale avec Valdiloire, etc.  Dans les jardineries, les semences, les coopératives ne cessent de s'organiser. "Pour maitriser les prix, il faut faire rapprochements, c'est le seul moyen, car les ententes sont réprimées par la loi", constate Philippe Mangin. 

Un beau plateau lors du prochain Congrès : Emmanuel Macron, Jérôme Bédier...

Lors du prochain congrès des coopératives, ce dernier va passer la main à Michel Prugue, le président de Maisadour (Delpeyrat), lui aussi de longue date compagnon de route des coopératives et de leur mutation, à l'occasion d'une élection jouée d'avance puisqu'il est le seul candidat. A ce congrès, les personnalités vont se bousculer. Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, en sera, mais aussi Emmanuel Macron, ministre de l'Economie - le premier détenant ce portefeuille à s'y rendre - et aussi Jérôme Bédier, numéro 2 du groupe Carrefour. Ce dernier interviendra sur la stratégie pour créer de la valeur dans la filière alimentaire. Il devrait dévoiler à l'occasion un partenariat vis à vis des marques produites par la coopération. 

Car les coopératives veulent désormais se faire mieux connaître des consommateurs, après avoir à peu près réussi à s'imposer dans la sphère politico-économique. C'est le sens d'une nouvelle campagne à la télévision et dans la presse quotidienne, qui vient de débuter, avec des accroches très "sociétales" (économie locale, emploi, marques alimentaires). C'est sans doute l'aboutissement des 15 années passées par Philippe Mangin à la présidence de Coop de France. "Il y a 20 ans, les coopératives étaient poussièreuses, il a réussi à rendre leur fierté aux agriculteurs, il a totalement transformé l'image du modèle économique, et réalisé un travail considérable, dans tous les domaines" précise Michel Prugue. Son nouveau défi, ce sont les élections régionales dans l'Est, face au Front national. Il est candidat, avec de grandes chances de perdre. Mais, comme pour les coopératives, il y croit...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter