Grain de Malice réduit la voilure

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Grain de Malice annonce la prochaine fermeture de 39 de ses 185 magasins en France. A la clé, 177 supressions de postes. 

Grain de Malice annonce la fermeture de 39 de ses 185 magasins en France.
Grain de Malice annonce la fermeture de 39 de ses 185 magasins en France.

Temps difficiles pour la mode française. Alors que Vivarte n’en finit pas de s’enfoncer, épuisant les Pdg à un rythme plus que rapide, voilà maintenant Grain de Malice, enseigne de la « galaxie Mulliez », qui annonce sa « réorganisation ».

L’enseigne s’a pprête en effet à fermer 39 de ses 185 magasins en France pour, dit-elle, « se recentrer sur son cœur de cible. » A la clé, la suppression de 177 poste partout en France. Pour expliquer cette décision, Grain de Malice met en avant, « comme pour nombre d’enseignes sur le secteur (…) notamment une baisse du budget de l’habillement des consommatrices de 9% entre 2010 et 2015 et une concurrence accrue. »

Des pertes régulières

Grain de Malice, pour « assurer sa pérennité », entend donc réduire la voilure pour retrouver une identité peut-être plus claire dans l’esprit de sa clientèle type, « issue de CSP moyenne et âgée de 47 ans ». L’objectif est ainsi d’être une enseigne « référente, notamment en centre-ville de petites villes de province ».

Un pari de taille pour une enseigne qui, en 2014, déclarait un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros, stable depuis 2011, et qui affichait des pertes régulières, année après année si l’on en croit les dépôts auprès des greffes des tribunaux de commerce : 9 millions d’euros en 2010, 31 millions en 2011, 17 millions en 2012, 11 millions en 2013 et encore 7,7 millions en 2014.

Une mode en peine

De quoi ainsi mieux comprendre les enjeux d’une telle réorganisation. De quoi aussi peut-être mieux comprendre pourquoi, en juin 2016, alors même que, historiquement, les enseignes issues de la famille Mulliez ont toujours bien pris soin de séparer leurs activités, Jean-Christophe Garbino, ancien patron de Kiabi, a été appelé au chevet du pôle de mode féminine de la famille Mulliez, regroupant les enseignes Pimkie, Grain de Malice, Rouge Gorge et Orsay au sein d’une seule et même entité, baptisée Modema.

Car c’est bien la mode dans son ensemble qui souffre, n’ayant connu, en France, que des années noires depuis 2008 : huit d’affilée, mine de rien. Pas toute la mode, cependant, un Primark, par exemple, s’en sortant plus que très bien.

2 commentaires

Mme Cohen France

09/06/2017 00h27 - Mme Cohen France

Est-ce que le magasin de Cannes est dans le lot de ceux qui vont fermer? Si c'est le cas je le déplore car cest vraiment le style de vêtements qui me convient parfaitement. De plus, l'accueil y est particulièrement chaleureux. Et quand est-il de la vente en ligne? Sera-t-elle supprimée également ? Dommage, dommage...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Dedoux Marie

18/08/2017 03h03 - Dedoux Marie

Bonjour, Je viens de voir que le magasin de Cannes définitivement ses portes !! Moi aussi je suis dégoutée car j'aimais bien ce qu'ils faisaient !!!

Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA