Marchés

Greenpeace détecte des produits toxiques dans les vêtements de 14 grandes marques

|

Si la règlementation européenne limite l’utilisation de ces produits dans les vêtements fabriqués en Europe, elle ne s’applique pas sur les articles importés. Nike ou Puma s’engagent déjà à bannir cette substance de leurs processus de fabrication.

Ces substances, fortement limitées pour les produits fabriqués en Europe, sont présentes
Les vêtements de 14 grandes marques néfastes pour la santé ? Greenpeace a jeté le trouble en dévoilant hier mardi les résultats d’une étude internationale auprès de grandes marques textiles, qui conclue à la présence de substances chimiques toxiques pouvant porter atteinte à la fertilité. Ces marques sont notamment Adidas, Uniqlo, H&M, Abercrombie & Fitch, Lacoste, Converse ou Ralph Lauren.
 Pour arriver à ces conclusions, l'ONG a acheté des produits de ces marques dans 18 pays différents pour les soumettre à des analyses. Or des éthoxylates de nonylphénol (NPE) ont été détectés dans deux tiers des échantillons. Cette substance chimique peut se décomposer en nonylphétol (NP), un puissant perturbateur hormonal. Le risque porterait sur les consommateurs de ces produits mais aussi et surtout sur les habitants des pays où sont localisés les usines de production, comme la Chine et les Philippines. Le déversement de ces substances dans les rivières y menace la biodiversité et les populations. A la suite de ce rapport, plusieurs enseignes comme Nike et Puma se sont d'ores et déjà engagées à éliminer les substances chimiques de leur processus de fabrication d’ici à quelques années. A noter que, si depuis 2003 les produits contenant plus de 0,1% de NPE ne peuvent être mis sur le marché dans l’UE s’ils sont fabriqués en Europe, cette interdiction ne s’applique pas sur les produits importés.
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter