Groupe André : le plan de relance de Georges Plassat

Changement de dénomination sociale d'ici à début 2001, fermeture de 110 des 230 André, fusion d'Orcade et de Minelli et nouveaux concepts chez André et Caroll. Cinq mois après sa nomination à la tête de Groupe André, Georges Plassat abat ses cartes.

Trois ans. Georges Plassat s'est donné trois ans pour redresser Groupe André. Et trois objectifs. « Il s'agit d'insuffler un esprit de conquête, d'innovation et de groupe », a indiqué le président du directoire du distributeur d'habillement et de chaussures, lors de la présentation de sa stratégie (lire interview ci-dessous). Malgré une marge de manoeuvre réduite, a-t-il admis, compte tenu d'un « endettement de 120 % », Georges Plassat entame, de front, une multitude de chantiers.

Lifting pour l'enseigne fondatrice

Première étape : la réduction des coûts centraux, chiffrés à 1,4 milliard de francs (210 M EUR) dans un ensemble qui a réalisé 11,19 milliards de francs (1,7 Mrd EUR) de chiffre d'affaires hors taxes en 1999. Décidé à atteindre un « résultat d'exploitation de l'ordre de 8 à 10 % du chiffre d'affaires [contre moins de 5 % aujourd'hui] », le numéro un de Groupe André veut « optimiser les achats, le sourcing et la logistique ».

Cette réduction des coûts passera notamment par le rapprochement de centrales d'achats. Exemple : La Halle aux Chaussures, Besson et Chaussland seront dotées d'une seule centrale et leurs services logistiques feront l'objet d'un rapprochement. Tout cela, avant une probable fusion des trois chaînes, selon nos sources. « Nous n'avons pas besoin de trois enseignes de chaussures à la périphérie », est convenu Georges Plassat.

Autre fusion : Orcade et Minelli. Ces chaînes de centre-ville ne feront plus qu'une au mois de février. « Ni l'une ni l'autre, n'a la taille critique nécessaire », fait valoir le président du directoire. Reste à savoir qui de la « marque familiale et sécurisante » ou de la « marque moyen-haut de gamme à connotation italienne » prendra le dessus. Mais, manifestement, toujours selon nos sources, Minelli devrait l'emporter. Seul commentaire de Georges Plassat : « La première est mieux placée concernant les résultats financiers, la seconde est plus connue. »

Le PDG dispose d'un autre levier pour dégager du cash : la chaîne André et ses emplacements numéro un. Le groupe, dont « le patrimoine immobilier est évalué à 700 millions de francs [environ 106 M EUR] », a décidé de fermer et de céder 40 de ses 230 magasins André et d'en réaffecter 70 à Kookaï, Caroll et San Marina. Derrière la fermeture de ces 110 André, il faut bien sûr voir une audacieuse et très attendue restructuration de l'enseigne fondatrice du groupe, qui ne génère plus que 10 % de son chiffre d'affaires.

400 à 500 suppressions d'emploi

Cette restructuration se traduira par la suppression et le reclassement de 400 à 500 employés chez André. Réduite quasiment de moitié, la chaîne adoptera un nouveau concept de magasin de 200 m2 environ (contre 120 m2) pour refléter une offre « plus moderne et moins basique ». Et donc moins concurrencée par les chaînes de périphérie du groupe.

Imaginé par l'architecte Costa, ce nouveau concept sera visible dès novembre dans un centre commercial de la région parisienne, puis testé dans 9 autres unités franciliennes d'ici au printemps 2001. André ne sera pas la seule enseigne à faire peau neuve. Caroll fera de même prochainement.

Autre terrain d'innovation : les marques Creeks, Liberto, Pataugas et Trappeur seront regroupées dans un seul pôle « Jeans et Outdoor », avant de revoir leur mode de diffusion. Cette dernière pourrait être réalisée sous l'enseigne Creeks (environ 40 magasins). Enfin, Georges Plassat envisage d'abandonner le nom André dans la dénomination sociale du groupe. Symbolique, ce changement interviendrait d'ici à début 2001. C'est dit : Georges Plassat écrira en toute lettre la nouvelle histoire de Groupe André.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1690

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous