Groupon va supprimer 1 100 postes

|

Groupon, la firme de Chicago, vient d'annoncer un plan de restructuration visant notamment à se séparer de 1.100 postes sur les 10.686 que compte le groupe. Seule la division internationale devrait être touchée.

Le site prévoit de se retirer de 7 pays.
Le site prévoit de se retirer de 7 pays.

Groupon vient d’annoncer un large plan de réduction de ses dépenses, prévoyant notamment la suppression de près de 15%  de l’effectif salarial travaillant pour sa division internationale. Composée de 7 693 employés, cette division devrait ainsi fondre de 1 100 salariés d’ici septembre 2016, sur un total de 10.686 collaborateurs. Le groupe devrait, dans la foulée, se retirer de plusieurs pays dont le Maroc, le Panama, les Philippines, Porto-Rico, l’Uruguay, la Thaïlande et Taïwan.

Dans un billet publié sur son blog officiel, le COO de Groupon Rich Williams, explique notamment que le groupe est désormais « en mesure de réaliser les économies qui ont été si difficiles à gagner, afin d’améliorer encore la façon dont nous opérons dans le monde, et surtout, de continuer à concentrer nos ressources sur une croissance à long terme. »

Un parcours en dents de scie

Crée en 2008, Groupon a un parcours riche en rebondissements. Co-fondée par Andrew Mason, l'entreprise a connu une ascension fulgurante, présentée à de multiples reprises comme la compagnie dont la croissance a été la plus rapide dans l'histoire du Web.

Sous les feux de la rampe pendant plusieurs années, Groupon a notamment refusé en 2010 une offre de rachat émanant du géant Google, de 6 milliards de dollars. Deux mois plus tard, la société annonçait une levée de fonds de 950 millions de dollars. Six mois passent, et le site spécialisé dans les coupons de réductions fait son entrée en bourse, mais en à peine un mois, le titre s'effondre littéralement.

Dès lors, les difficultés ont commencé pour l'entreprise, et le 28 février 2013, le conseil d'administration décide purement et simplement de débarquer, le cofondateur et directeur général du site, Andrew Mason, « après quatre années et demi intenses et merveilleuses en tant que CEO », avait-il alors indiqué dans une lettre adressée à ses employés.

Depuis, Groupon  a multiplié les initiatives en faveur d'une diversification de ses activités, afin de ne pas cantonner son modèle économique à la simple vente de bons de réductions.

Sur les six derniers mois, les ventes en ligne de Groupon sur les biens ont augmenté de 12,5%, mais à l’international l’e-commerce du groupe n’a progressé que de 2,3%. Ses revenus pour la première moitié de l’année 2015 ont crû de 3%, soit 1,4 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message