Marchés

Guillaume Innocenti, Hasbro : « Nous voulons redevenir leader en France, avec de bonnes chances d’y parvenir »

|

Revenu à la seconde place, derrière Lego, sur le marché du jeu et du jouet français, Hasbro a retrouvé du dynamisme en 2015, dopé notamment par Nerf et ses gammes sous licence Avengers (Marvel/Disney). De quoi imaginer un bon millésime 2015 en attendant la déferlante Star Wars, dont Hasbro est l’un des principaux licenciés. Le point avec Guillaume Innocenti, directeur général d’Hasbro France.

Guillaume Innocenti, DG d'Hasbro France, entend reprendre la tête du marché français du jeu et du jouet.
Guillaume Innocenti, DG d'Hasbro France, entend reprendre la tête du marché français du jeu et du jouet.© Hasbro

Longtemps leader du marché français du jeu et du jouet avant d’être détrôné par Mattel en 2013 (lui-même détrôné par Lego en 2014), Hasbro a repris la deuxième place du marché hexagonal… et entend bien ne pas s’arrêter là. Explications de Guillaume Innocenti, directeur général d’Hasbro France.

LSA – Vous avez procédé en début d’année à une réorganisation dans vos équipes. Pour quelles raisons ?

Guillaume Innocenti – De fait, nous avons réorganisé nos effectifs et avons recruté un nouveau directeur commercial et un nouveau directeur marketing. Il n’est jamais facile de procéder à des changements mais notre ambition est de redevenir leader sur le marché français et nous avons de bonnes chances d’y parvenir. Il nous fallait revoir notre organisation.

LSA – Vous êtes revenu à la deuxième place sur le marché français du jeu et du jouet, derrière Lego. Comment expliquez-vous ce succès ?

G. – I. – Nos ventes sont reparties à la hausse depuis le début de l’année 2015, notamment grâce aux bonnes performances de nos pistolets blasters Nerf et à nos gammes sous licence Avengers, qui symbolisent bien ce que nous voulons faire avec nos marques et les franchises Disney. Notre portefeuille de licences Disney, outre Star Wars, s’enrichira en 2016 des Princesses Disney dont nous récupérons la distribution [auparavant détenue par Mattel, NDLR].

Déferlante Star Wars prévue pour Noël

Nous enregistrons également depuis le début de l’année de belles progressions sur les produits Star Wars. Le 4 septembre prochain, date du début de la diffusion officielle des produits dérivés du 7ème opus Le Réveil de la Force, nos nouveautés seront en distribution et nous avons prévu d’importantes quantités au vu de l’engouement autour de la sortie du prochain film en décembre. Reste à savoir si nous avons assez anticipé...

LSA – En dehors des licences, vous avez également réussi de belles opérations autour de vos marques, Monopoly notamment…

G. – I. – L’opération que nous avons réalisée autour des 80 ans de Monopoly témoigne bien de nos ambitions autour de nos marques et montre qu’il ne faut pas attendre que les seules nouveautés viennent des produits. L’idée d’introduire de vrais billets de banque dans notre jeu a été proposée par notre chef de produits en France et n’avait jamais été faite auparavant. Elle a été relayée jusque dans le Washington Post ! Elle devrait être reprise dans d’autres pays. Mais cela n’a pas été facile : introduire de vrais billets est compliqué – les vrais billets étant plus volumineux – et demande une logistique spécifique, avec huissier. Nous avions aussi relayé cette opération en magasin avec des displays dorés en forme de coffres forts. Pour la fin d’année, nous prévoyons de rééditer ce type de display avec l’installation dans 300 points de vente d’habillage lumineux.

Notre gamme préscolaire Play-Doh est également très bien orientée avec +30% de hausse à fin juin 2015. Sur cette gamme, notre pari était d’inciter nos clients à jouer davantage et à acheter plus de pâte à modeler en baissant les prix des pots à l’unité. Notre gamme Doh Vinci, plus axée sur les loisirs créatifs, fonctionne également bien et nous pensons qu’elle dispose d’un fort potentiel. De même, nous misons beaucoup sur notre marque My Little Pony que nous développons également avec succès en licence.

Un plan de communication d'envergure

LSA – Quelles autres actions marketing avez-vous prévu pour la fin d’année ?

G. – I. – Hasbro est et reste le premier investisseur en médias sur le secteur du jouet. Mais alors que nous étions principalement présents en télévision, nous diversifions aujourd’hui davantage notre présence médiatique, en particulier sur internet avec notre gamme Nerf dont la cible de clientèle, plus âgée, est très présente sur le web. La télévision et l’internet sont des compléments naturels pour annoncer nos nouveautés et prolonger le dialogue avec nos consommateurs.

Nous mettrons également l’accent sur les magasins avec des displays particuliers, des démonstrations de produits et de l’habillage : le plan média ne doit pas s’arrêter à la porte des magasins. Car si l’on rate les 50 derniers mètres, on rate l’étape la plus critique.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message