H&M, Bonobo, pourquoi les enseignes se mettent à vendre des gammes en textile recyclé ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

H&M annonce la mise en vente, en septembre 2015, d'une deuxième collection de sa gamme Close the loop, concçue à partir de vêtements usés recyclés. Bonobo, de son côté, fait de même avec Rebirth, elle aussi en magasins en septembre. Retour sur une tendance de fond. 

H&M présente sa gamme Close the loop, conçue à partir de textile recyclé dès le mois de septembre 2015.
H&M présente sa gamme Close the loop, conçue à partir de textile recyclé dès le mois de septembre 2015.

« Close the loop », pour boucler la boucle en français, chez H&M… « Rebirth, le jean qui renaît de son fil » chez Bonobo… Cette rentrée de septembre 2015, chez les distributeurs textile, se fait sous le signe du recyclage.

Ainsi, après Bonobo, dont LSA vous présentait en juin 2015 sa gamme Rebirth, en magasins en septembre, voici H&M qui annonce pérenniser sa collection Close the loop, conçue à partir des denims usés collectés dans ses magasins depuis 2013.

Aux six modèles de Bonobo répondent ainsi les dix présentés par H&M. Avec, pour les marques, un enjeu de taille : les consommateurs vont-ils suivre ? Sur le papier, ça oui, assurément, tant ces questions liées aux recyclages sont dans l’air du temps. Mais, on le sait, du déclaratif aux actes réels, il y a souvent un gouffre…

Des difficultés techniques...

Le pari est en réalité double. Il y a d’abord, en amont, la question technique… Il est très compliqué de « refabriquer » une gamme nouvelle à partir d’une ancienne. Cela nécessite de transformer les jeans collectés en fibres de coton, puis en fils, avant de les renvoyer en usine pour l’assemblage.

Avec, au milieu de cette matière première déjà difficile à reconstituer, le problème des coutures, boutons et autres rivets dont il faut se séparer. « C’est bien simple, il nous a fallu deux ans de travail pour aboutir à Rebirth », résume Xavier Prudhomme, directeur général de Bonobo.

La marque enseigne du groupe Beaumanoir s’est associée pour l’occasion aux équipes du Relais de Mazamet, près de Castres, qui gèrent les opérations de tri, ainsi qu’à la Filature du Parc, à Brassac dans le Tarn, l’une des dernières filatures encore présentes en France.

Pour faire simple, et donner ainsi une idée de ces difficultés posées, les jeans récupérés sont tous coupés au niveau d’un short pour contourner l’obstacle. « Cela pourrait être plus court, mais les tailler ainsi permet de pouvoir les réutiliser, notamment en les envoyant en Afrique, dans les réseaux de fripes du Relais », explique Xavier Prudhomme.

... aux questions de la qualité

L’autre écueil dans le processus de fabrication est à rechercher dans la qualité finale de ces gammes en textile recyclé. Il est en effet impossible de concevoir ces collections en « 100% coton » : quand un jean de bonne qualité flirte avec ce 100% coton, Rebirth, chez Bonobo, doit intégrer 50% de polyester recyclé pour une bonne tenue du produit, et H&M se contente d’inclure dans Close the loop 20% de fibres recyclées. Et pas moyen, non plus, pour l’heure, d’inclure dans le processus de conception de l’élasthanne, pourtant très utilise pour ses vertus d’élasticité. Tel est le prix de la qualité. Laquelle est présente, car on n’a franchement pas l’impression d’avoir en main un quelconque « sous-jean », qu’on se rassure.

Mais, conséquence directe de tout cela : on a là forcément un surcoût à la fabrication. Surcoût que les deux enseignes ont choisi de prendre tout ou partie à leur charge : le jean Rebirth est ainsi vendu au prix de 59 euros dans sa version femme et 69 euros pour son pendant masculin, quand les jeans Close the loop, chez H&M, seront vendus entre 39,99 euros et 49,99 euros, par exemple.

 

La gamme Close the loop de H&M :

 

 

La gamme Rebirth de Bonobo :

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA