H&M va s'ouvrir à d'autres marques que les siennes

|

H&M va ouvrir son offre à d'autres marques que les siennes, à la fois dans certains de ses magasins et en ligne. Un revirement stratégique destiné à redonner un  coup de boost à un groupe qui en a bien besoin.

H&M est le numéro deux mondial de la mode, derrière Inditex.
H&M est le numéro deux mondial de la mode, derrière Inditex.

H&M va ouvrir les rayons de ses magasins (et son site internet de vente en ligne) à d’autres marques. C’est là, pour le groupe suédois, numéro deux mondial du textile, un revirement stratégique potentiellement important.

Confirmant une information parue dans la presse suédoise, H&M évoque « une sélection de marques externes » qui, viendront, dans des magasins tests, et « dans des marchés sélectionnés » (c’est-à-dire pas forcément en France), « compléter l’offre client de H&M ».

H&M en détaillant multimarques?

Ceci posé, encore faut-il patienter pour savoir jusqu’à quel point il s’agira là d’un retournement stratégique. D’où ce « potentiellement » que nous rajoutons. Car s’il s’agit de faire entrer des gammes de cosmétiques, d’hygiène ou de maroquinerie dans son offre, cela ne sera rien d’autre que des extensions de gammes assez classiques.

La révolution consisterait en revanche à accueillir en son sein une offre de vêtements venue d’autres marques. H&M ferait alors un pas, sans doute tout petit évidemment, vers la notion de détaillant multimarques. Bien sûr pas celles de son grand concurrent Inditex, qu’on se rassure… Mais, pour autant, ce serait là un virage à 90° dans son modèle de développement.

Un boost salvateur ?

Lequel modèle, cela dit, a bien besoin d’un coup de boost. Si le groupe reste un mastodonte de la mode, sa croissance, ces dernières années, s’est largement ralentie. Les progressions à deux chiffres, autrefois coutumières, sont désormais loin derrière, une dernière fois atteintes en 2014-2015. Les trois exercices annuels les plus récents se sont achevés avec une croissance du chiffre d’affaires plus modeste, avec respectivement +7% en 2015-2016, +4% en 2016-2017 et +5% en 2017-2018. La croissance est toujours au rendez-vous, certes, mais l’année dernière, le groupe a vu ses profits reculer de 25%, aux alentours d’1,4 milliard d’euros, pour des ventes pointant, elles, à 19,5 milliards d’euros (210 milliards de couronnes suédoises).

Deux années de recul consécutif en France

Plus embêtant pour ce qui nous concerne au premier chef en France : dans l’Hexagone, H&M reste sur deux années de recul de son chiffre d’affaires, à -1% en 2016-2017 et -6% en 2017-2018. Pour mémoire, les ventes lors du dernier exercice annuel s’établissaient à 11,3 milliards de couronnes suédoises, soit un milliard d’euros au cours actuel environ.

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA