Marchés

Halte aux idées reçues !

|

L'industrie agroalimentaire n'a pas d'avenir ! Les fabricants cherchent à nous empoisonner ! Leurs produits sont délibérément trop gras, trop salés, trop sucrés ! Les multinationales sont aux commandes, écrasant sur leur passage les plus petites entreprises ! Les agriculteurs sont exploités et sous-payés par les industriels ! C'est un secteur qui n'innove pas, trop occupé à trouver des astuces marketing pour vendre plus sans se soucier des réelles attentes de leurs clients ! Voilà quelques-unes des nombreuses idées reçues qui circulent sur l'industrie agroalimentaire. Des reproches justifiés, diront les uns. Totalement faux et injustes, répondront les autres. Face à ce qui s'apparente parfois à un lynchage médiatique sur le mode bien connu de David contre Goliath, LSA s'est essayé à démêler le vrai du faux.

 

Des faits bons à rappeler

 

Loin des débats souvent stériles qui animent les lobbys de tel ou tel camp, notre enquête rétablit, si ce n'est « la » vérité, quelques vérités. Et de rappeler ainsi que l'agroalimentaire est la première industrie française en termes de nombre d'entreprises et d'emplois, loin devant l'automobile. Que le secteur est composé à 97% de PME. Que la traçabilité dans ce secteur est exemplaire et ce à toutes les étapes de la fabrication. Que les moyens en R et D des fabricants sont de plus en plus importants. Que de plus en plus d'acteurs s'engagent dans des programmes nutritionnels, réduisant progressivement le taux de sel ou de sucre de leurs produits.

Que les liens avec les producteurs n'ont jamais été aussi étroits. Que les labels de qualité se multiplient, insuffisants peut-être, mais nombreux. Que les approvisionnements se jouent de plus en plus au niveau local. Bref, quelques faits toujours bons à rappeler. Sans que cela ne constitue naturellement une fin en soi. Mais qui témoigne pour le moins de cette volonté de progrès des industriels, souvent poussés, il est vrai, par ces mêmes critiques et les divers scandales alimentaires. Volonté néanmoins bien réelle et parfois déjà concrète qui mérite d'être encouragée et qui permettra peut-être à l'industrie agroalimentaire, si chacun poursuit les efforts, de chasser progressivement tous ces clichés et autres poncifs. Ou du moins certains. Car, oui, tout le monde le sait, les idées reçues ont la vie dure.

Les toutes puissantes multinationales sont aux commandes

Les approvisionnements sont mondialisés au détriment du local

Les fabricants sont coupés de l'amont et des producteurs

Les produits sont mauvais pour la santé, bourrés de gras et de sucres

L'industrie fait perdre à la France son aura gastronomique

C'est un univers peu encadré et peu surveillé

Il n'y a pas d'innovation ni créativité, que de simples « liftings »

La qualité n'est pas au rendez-vous

La transparence fait défaut

L'agroalimentaire pèse moins sur le plan économique que l'automobile ou l'aéronautique

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message