Hausse de la Tascom : Leclerc, Carrefour et Leroy Merlin en tête

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Combien devraient réellement payer les enseignes soumises à la hausse de la taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) en 2015 ? LSA s’est livré à une évaluation pour leurs hypermarchés. En toute logique, c’est Leclerc, Carrefour et Leroy Merlin (pour le non-alimentaire) qui seraient les plus touchés. Mais le montant de la Tascom s'avèrerait bien supérieur à celui que touchent les enseignes pour le CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi)...

Leclerc serait la première enseigne pour les hypermarchés en matière de taxe sur les surfaces commerciales
Leclerc serait la première enseigne pour les hypermarchés en matière de taxe sur les surfaces commerciales

C’est la première fois, actualité oblige, qu’apparaît un classement des enseignes… en fonction des taxes sur les surfaces commerciales qu’elles auront à payer en plus en 2015, pour leurs hypermarchés de plus de 2 500 m2 en raison de la hausse de 50 % de la Tascom. Cette disposition figurant dans le projet de loi de finances rectificative a déjà été votée en première lecture à l’Assemblée nationale le 3 décembre 2014. Le Sénat a voté contre le 12 décembre suivant, mais elle est à nouveau examinée par l’Assemblée nationale, qui la réintroduira très probablement, cette dernière ayant toujours le dernier mot.

La base de données LSA Expert, outil précieux

Le mode de calcul a été effectué sur la base de notre banque de données LSA Expert, en retenant à la fois le nombre de magasins de chaque enseigne d’une surface de 2500 mètres carrés ou plus, les seuls touchés par cette mesure, et en cumulant la surface totale de ces hypermarchés. Il ne s'agit que d'une estimation - assez précise - sachant qu’un hypermarché de 10 000 m2 paie en moyenne  en 2014 quelque 557 000 € de Tascom, soit 55,7 euros par m2, et qu’il paiera 835 000 euros en 2015, soit 83,5 par m2.  Le montant total est donc basé sur ce chiffre, et l’augmentation sur la différence des deux exercices.

UN MODE DE CALCUL RELATIVEMENT PRECIS

Nous convenons qu'il s'agit d'une estimation en "haut de fourchette", puisque nous avons basé les calculs sur un hypermarché de 10 000 mètres carrés. Un 2500 m2 sans carburant paie beaucoup moins. Car il faut toutefois préciser que le calcul réel du montant de la taxe est beaucoup plus complexe, puisqu'il repose sur le chiffre d'affaires par mètres carrés, si les magasins réalisent plus d'un certain chiffre d'affaires au m2 (plus de 3000 €, plus de 12 000 €), ils paient plus. Si leur surface est supérieure à 5000 m2, le montant grimpe de 30 %, et le taux peut être modulé de 20 % par les collectivités locales, qui touchent cette taxe évaluée par les professionnels à 710 millions d'euros au total. 

Carrefour aurait pu figurer en tête de classement

Ce classement LSA de la Tascom par enseigne ne reposant que sur les hypermarchés, la taxe est en réalité plus élevée pour des enseignes comme Carrefour qui doivent la payer sur la totalité des mètres carrés de leur parc, y compris les magasins de moins de 2500 mètres carrés et les stations-service. Mais les magasins de moins de 2500 m2 n'étant pas concernés par la hausse prévue par les députés, nous avons choisi de les ignorer. Sans quoi Carrefour aurait probablement figuré en tête de classement... 

LECLerC en tete avec plus de 200 millions d'euros 

Résultat, c’est l’enseigne E.Leclerc qui arrive en tête et qui sera la plus touchée par la mesure gouvernementale sur la hausse de la Tascom - 73 millions d'euros en plus selon nos calculs, , sachant que cette enseigne dispose par ailleurs du plus petit nombre de magasins non soumis à la hausse de la Tascom, contrairement à Carrefour. Pas étonnant que Michel Edouard Leclerc ait pourfendu la hausse décidée par le gouvernement et approuvée par les députés, en écrivant  sur son blog "on est chez les fous". C'est chaque magasin indépendant qui supporte la taxe, mais elle pèserait au total 237 millions d'euros en 2015, augmentant de 73 millions d'euros ! 

Comparaison tascom contre cice

On pourra à l'occasion établir des comparaisons. Le PDG de Carrefour, Georges Plassat,  a déclaré la semaine dernière que "la hausse de la Tascom n’était pas indispensable, mais il faut équilibrer nos observations dans ce domaine', révélant que le groupe Carrefour obtenait "110 millions d'euros de CICE".  Les hypermarchés du groupe Carrefour arrivent en seconde position pour la hausse et le montant de la nouvelle taxe, à 211 millions d'euros en 2015, soit 65 millions d'euros de plus. Bien plus donc que le CICE. Et sans compter les autres surfaces, non concernées par la hausse de 50 % mais tout de même soumises à la Tascom. 

Leroy Merlin, si discret mais leader de la taxe pour le non alimentaire

En troisième position, Leroy Merlin, leader des enseignes de bricolage. Dans la plus grande discrétion, l'enseigne obtient des milliers de mètres carrés de surfaces commerciales chaque année. Le distributeur devrait payer 114 millions d'euros en 2015, contre 74 millions d'euros en 2014 si le classement avait été effectué sous l’ensemble Association Familiale Mulliez (AFM), qui comprend Auchan, Leroy Merlin et Décathlon. Les sociétés liées à l’AFM ont également perçu une petite centaine de millions d’euros de CICE, selon des analystes financiers, mais en cumulé sur les surfaces de plus de 2500 m2, ils paient déjà beaucoup plus de Tascom !

LES VOEUX NE SONT PAS (ENCORE) FISCALISÉS

Au global, les dix enseignes leaders en mètres carrés pour les magasins de plus de 2 500m2 vont payer, en 2015, 1,199 milliard d'euros, contre 818 millions d'euros en 2014. Le montant de la hausse a été estimé à 200 millions d'euros. Si on se base sur les statistiques du nombre de mètres carrés, elle se situerait plutôt à 374 millions d'euros, uniquement pour le Top 10 qui cumule à lui seul la quasi-totalité de la hausse. Histoire de ne pas ajouter de l'huile sur le feu, nous n'avons pas calculé le montant total cumulé de la taxe sur tous les mètres carrés pour 2015, histoire de garder le moral pour partager le foie gras, les cadeaux et les nectars pour 2015. Avec tous nos voeux...non fiscalisés.

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA