Hausse de la TVA: vers des recettes à plus de 7 milliards d'euros...

|

Le gouvernement pourrait renoncer à baisser la TVA sur les produits alimentaires, de 5,5%, comme prévu dans la loi de finances 2012, ce qui reviendrait à augmenter la TVA de 750 millions d'euros par rapport au projet initial, et porter de 6,4 à 7,15 milliards d'euros la recette totale, prévue pour financer le CICE.

Pierre MOSCOVICI

Va-t-on assister à un revirement concernant la baisse de la tva sur l'alimentation de 5,5 à 5%, que le gouvernement avait prévue pour compenser - très légèrement - la hausse globale de la TVA prévue le 1er janvier? C'est ce que les députés socialistes ont demandé à Pierre Moscovici, ministre des Finances et Bernard Cazeneuve, minstre du Budget. La porte-parole des députés socialistes, Annick Lepetit, lors d'une réunion du groupe PS à l'Assemblée nationale. Le but serait de financer la demi-part fiscale pour les veuves. Du coup, la hausse de la TVA, initialement prévue à 6,4 milliards, pourrait bondir à l'occasion de l'examen du projet de loi de finances à plus de 7 milliards d'euros, intégralement à la charge des consommateurs, déjà très fortement sollicités par les hausses d'impôts qui plombent leur pouvoir d'achat.

Les familles avec enfants plombées

Une étude du BIPE vient d'ailleurs de révéler que les familles avec enfants voient leur pouvoir d'achat "arbitrable" plombé. Hors, dans ce qui est considéré comme arbitrable, figure l'alimentation... Et comme il est peu probable que les boissons énergisantes, si néfastes selon l'Anses qui a bien préparé le terrain, ne devraient pas non plus échapper à une taxe "comportementale", l'avantage pour les consommateurs pour voire les prix de l'alimentation baisser vont probablement n'être plus qu'un souvenir lointain.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres