Hausse du prix des carburants : la réponse de Michel-Edouard Leclerc à Barbara Pompili

|

Face à la hausse du prix des carburants, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili avait demandé mardi aux distributeurs de réduire leurs marges. Invité sur le plateau de RMC ce mercredi, Michel-Edouard Leclerc a rappelé que les marges des distributeurs étaient très faibles, de l'ordre de 1 à 2 centimes. 

Archives
Archives © Laetitia Duarte / LSA

Michel-Edouard Leclerc a réagi à la demande de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili concernant la réduction des marges des distributeurs sur le prix des carburants. "Il n'y a pas beaucoup sous le pied aujourd'hui pour baisser nos marges parce qu'on est déjà quasiment à prix coûtant, un à deux centimes du litre, ça ne se verra même pas à la prochaine augmentation", a précisé le président du comité stratégique des centres E.Leclerc ce mercredi 13 octobre sur le plateau de RMC

 
Les déclarations de Michel-Edouard Leclerc corroborent un rapport réalisé en 2012 par l’inspection générale des finances et le conseil général de l'économie, de l'industrie, de l'énergie et des technologies, indiquant que la marge nette de la grande distribution sur les carburants était de l’ordre de 1 à 2 centimes par litre. Comme nous le rappelions la veille, la vente de carburant est avant tout un métier de volumes. A titre d’exemple, pour E.Leclerc, le chiffre d’affaires 2019 avait atteint 48,2 milliards d’euros TTC et 38,85 milliards d’euros hors carburants. Soit environ 9,5 milliards d’euros de ventes de carburants.Enfin, Michel-Edouard Leclerc a déclaré: "Je suis prêt à aider l'Etat à baisser ses taxes en accompagnant son mouvement", sous entendant que c'est à l'Etat de commencer à faire un effort. 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter