Hénaff réagit aux accusations de l’association L214

|

Mis en cause dans une vidéo publiée ce jeudi par l’association L214 dénonçant les conditions d’élevage des porcs chez deux fournisseurs des pâtés Hénaff, l’industriel a réagi dans un communiqué.

Hénaff est mis en cause par l'association L214 dans une vidéo qui dénonce la matraitance animale.
Hénaff est mis en cause par l'association L214 dans une vidéo qui dénonce la matraitance animale.

Après la publication par l'association L214 d’une vidéo montrant des cochons blessés dans des cages étroites provenant «de deux élevages intensifs qui produisent chaque année plusieurs milliers de cochons» et fournisseurs d’Hénaff, selon l’association L214, l’entreprise située à Pouldreuzic (Finistère) s’est déclaré choquée par certaines de ces images et les commentaires associés. En l’occurrence ceux de l'artiste Arthur H qui déclare : "Ces images, vous ne les verrez ni sur les publicités, ni sur le site de la marque Hénaff. Les cochons sont entassés, ils vivent sur du béton, sans jamais sortir. Les animaux sont blessés, laissés sans soin. On peut imaginer leur souffrance et leur détresse. Certains n'y résistent pas".

Exigence de preuves

La société Hénaff, tout en réaffirmant son attachement au respect des règles du bien-être animal, a exigé que soit prouvé l’existence d’un lien avéré entre ces images et ses fournisseurs. "Jean Hénaff dénonce les pratiques de l’association L214, qui milite pour l’abolition de l’élevage en jouant sur l’émotion et en attaquant des entreprises ou des marques connues du grand public pour choquer, en recourant notamment à des méthodes illégales", déclare la société dans son communiqué. "…Avec ces images, L214 jette l’opprobre sur une entreprise de 110 ans, engagée depuis toujours pour la qualité de ses produits. Ses activistes ne visent qu’à la destruction de toute une filière au nom d’une idéologie qui prône l’abolition de la consommation de viande". 

Refonte du cahier des charges fournisseurs

Entreprise familiale leader du secteur des pâtés et rillettes appertisés avec un CA de 46,6 M€ et 232 salariés, Hénaff représente 0,2% des porcs abattus en France. Elle a indiqué qu’elle travaillait à la refonte de son cahier des charges fournisseurs, un travail de fond qui devrait aboutir dans les mois à venir. "L’entreprise entend renforcer ses exigences auprès de la filière en intégrant encore plus fortement les problématiques du bien-être animal", souligne-t-elle. Une démarche qui sera mise en œuvre en partenariat avec les groupements et les éleveurs.

1 commentaire

JIMMY

07/07/2017 16h56 - JIMMY

Je condamne aussi très fermement ces attaques récurrentes au nom d'une idéologie qui vise à supprimer totalement la consommation de produits animaux en France. Bravo à la Société HENAFF pour sa réaction et son message que je trouve digne et sincère. Mon profond soutien aux éleveurs qui dans leur très, très grande majorité respectent les bonnes pratiques d'élevage et investissent sans cesse pour les améliorer.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations