Hiima, la petite marque de luxe accessible qui entend bousculer le marché

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Offrir la qualité des articles de luxe à un prix trois à quatre fois inférieur. Tel est la pari de la marque Hiima, lancée sur inrternet depuis le mois de mars 2017, sur le marché des chaussures, d'abord, et dela maroquinerie depuis peu.

hiima

Derrière Hiima, il y a la volonté de supprimer, autant que possible, les intermédiaires. Une idée vieille comme le commerce mais qui, grâce à internet, retrouve une faisabilité nouvelle. « Nous voulons, avec Hiima, proposer des chaussures et des articles de maroquinerie de la qualité du luxe, mais avec un prix trois à quatre fois inférieur », explique Alexis Pavy, 30 ans, cofondateur de la marque avec sa compagne Coralie Godec, 28 ans. Pour réussir ce tour de force, avec une production au Portugal et une matière première, le cuir, venue d’Italie ou d’Espagne, pas d’autres choix que de resserrer les rangs, autour de soi. Et de travailler à marges réduites, aussi.

Supprimer au maximum les intermédiaires

C’est ainsi qu’Alexis Pavy et Coralie Godec, tous les deux Bretons, vivent désormais au Portugal, tout près de Porto, et tout près, surtout, des ateliers de confection d’où sortent leurs chaussures et leurs sacs. « De la conception à la production, et de la production au client final, nous cherchons à limiter le plus possible le nombre d’intermédiaires, indique Alexis Pavy. Pas de frais marketing et pas, non plus, de loyers commerciaux à payer puisque Hiima est exclusivement vendue sur internet. De quoi sensiblement limiter les frais et, donc, permettre de proposer une offre de « luxe à prix accessible ».

200 paires de chaussures vendues en six mois

Ceci posé, reste malgré tout un dilemme : comment émerger dans la grande masse du web, sur un marché déjà bien encombré de marques, et de marques célèbres qui plus est ? Investir massivement ? Ce serait rendre incompatible le concept même de la marque, du luxe à prix accessible. Alors quoi ? Compter sur le bouche-à-oreille pardi. Et cela fonctionne. Ouvert en mars 2017, le site de vente en ligne Hiima a déjà enregistré 200 commandes de chaussures environ. A ce niveau-là, on dépasse de loin le seul cercle des amis d’amis. C’est donc bon signe pour Hiima qui, des quatre modèles initiaux, en propose désormais vingt-quatre. Et se diversifie même déjà à la maroquinerie… « Notre objectif est, à terme, de pouvoir habiller de la tête aux pieds », révèle Alexis Pavy.

Du poker à la mode

Si ce rêve parvient à s’accomplir, alors on racontera à des fans enamourés l’origine de ce nom si énigmatique, Hiima. On rira d’apprendre que cela est le résultat d’un joli mélange : celui des noms des deux chats du couple, Maya et Hina. On s’émerveillera de la réussite de ce couple de jeunes entrepreneurs, deux anciens étudiants en techniques de commercialisation à l’IUT de Vannes, dont l’un, Alexis, a quelque temps œuvré dans le milieu du poker professionnel, quand l’autre, Coralie, exerçait notamment comme acheteuse dans un grand groupe de mode espagnol. De quoi se forger une bien utile expérience quand, aujourd’hui, il s’agit de tout organiser soi-même, depuis le dessin des futures collections, jusqu’au planning de fabrication. Une obligation pour tenir ses coûts et, in fine, pouvoir proposer des sneakers à partir de 99 euros, des escarpins à 160 euros ou des sacs à 165 euros.

 

Découvrez la vidéo de présentation de la marque Hiima : 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA