Hors-série Boissons – Septembre 2017

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
HS

Depuis quelques années, les dîners en blanc ont révolutionné l’idée que l’on se faisait des pique-niques. Ces événements réunissent en effet des milliers de personnes pour un dîner géant dans un site historique et forcément spacieux de la capitale. Le Centre Pompidou, la Concorde, le Trocadéro, la place des Vosges et, cette année, le parvis de L’Hôtel de Ville ont servi de cadre à ses grandes tablées où – et c’est obligatoire – tout le monde est habillé en blanc. Outre d’adopter cette couleur, ces « happenings » ont ceci d’original qu’il faut être coopté pour avoir le droit d’y assister. Tout passe par les réseaux sociaux pour recevoir le sésame. Et ce n’est qu’au dernier moment que les dîneurs en blanc sont informés via un SMS du lieu. Sur ce modèle, d’autres dîners – végétaliens, écologiques (pas de couverts en plastique !) et collaboratifs (chacun apporte un plat à partager), des happenings de yoga associé à un pique-nique, etc. – ont vu le jour. À chaque invitation, c’est quasi l’émeute : les Français ont totalement adopté ce genre de soirée, qui est un peu la face urbaine des free party qui rassemblaient dans les années 90 les amateurs de musique électronique dans des endroits plus ou moins abandonnés.

De façon très astucieuse, Coca-Cola a bien repéré cette tendance sociétale et a organisé son propre dîner : La Grande Tablée Coca-Cola. Côté organisation, la marque américaine s’est rapprochée du site connu pour sa sélection de bonnes adresses parisiennes, MyLittleParis, qui, via son application, s’est chargé d’inviter quelque 500 personnes; 450 si l’on enlève les journalistes présents et une vingtaine de collaborateurs de Coca-Cola France. Quand la plupart des dîners en blanc se déroulent sur le mois de juin, Coca-Cola a choisi le jeudi 7 septembre pour installer sa table de 183 mètres sur le port du Gros-Caillou, le quai de la rive gauche qui relie le pont des Invalides au pont de l’Alma. Il ne faisait pas très chaud ce soir-là. Pourtant, les invités de Coca-Cola ont massivement fait le déplacement pour ce repas gratuit où chacun était placé. Les trois plats étaient concoctés par des artisans dans l’air du temps comme celui de Melt, le restaurant spécialisé dans les viandes grillées à la manière texane (Paris 11e), pour le plat principal. Point de vin ni de bière, mais, en guise de boisson alcoolisée, des cocktails à base de Coca-Cola ou de Finley. « C’est génial de pouvoir dîner en plein air, sur les bords de la Seine, surtout à un moment un peu stressant comme la rentrée », a expliqué à LSA Clarisse, venu avec son compagnon. Cet événement, initié par Coca-Cola France et non par Atlanta, pose les bases de la nouvelle image que souhaite renvoyer la marque. En parallèle d’une communication classique, la marque veut désormais tenir un discours plus intime, plus proche de ses consommateurs… comme si elle voulait, à l’instar d’autres grands groupes, gommer un peu son statut de marque internationale.

SLEBOULENGER@LSA.FR

Nos partenaires

 

 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA