Hors-série Frais Froid Fruits et Légumes - Mars 2016

HORS-SÉRIE Découvrez Hors-série Frais Froid Fruits et Légumes daté de Mars 2016. Au sommaire : un vie sans viande, la révolution de la pasteurisation à froid,

HS Frais-Froids 1200*800

Militants du quotidien [Edito]

Les images sont chocs. Postée le 22 février sur les réseaux sociaux par L 214, l’association de défense des animaux désormais connue pour ses « coups » médiatiques, la vidéo de 4 min. 30 tournée dans l’abattoir bio de Vigan (Gard) est d’une réelle violence. Que découvre-t-on? Des moutons, des cochons, des vaches, des taureaux tués dans d’atroces –et inutiles– souffrances. « Il n’y a pas de viande heureuse », conclut Nili Haddida, la chanteuse du groupe Lilly Wood and the Prick, voix off de cette vidéo visionnée plus de un million de fois en quelques jours.

À l’instar de nombreuses stars, les consciences des Français s’éveillent au pays du foie gras et du saucisson. Avec à la clé, au-delà de la dimension émotionnelle, des changements de consommation notables ET durables. Par conviction, et/ou parfois par nécessité budgétaire, plus de 400 000 Français ont ainsi opté pour un régime végétarien. Surtout, comme David, Gwendoline ou Pauline (lire Regard sur la conso page 8), 25% des foyers annoncent vouloir réduire leur consommation de viande pour se convertir au flexitarisme, régime moins extrême et beaucoup plus facile à suivre d’autant que les alternatives sont nombreuses. « C’est un phénomène de société qui touche pour l’heure plutôt les habitants de la région parisienne et les foyers à budget limité mais qui devrait s’accentuer et toucher toutes les populations », affirme Gaëlle Le Floch, stratégic insigth director chez Kantar Worldpanel. Ou quand de simples citoyens se transforment en militants de leur quotidien. Défenseurs d’une alimentation plus saine et plus respectueuse de l’environnement – en témoignent l’essor du bio et le développement de toutes les offres sans gluten, sans antibiotiques, sans OGM, etc.– mais aussi de bien-être animal.

Des revendications que les acteurs de la grande consommation ne peuvent plus et pourront encore moins ignorer à l’avenir. Déjà, des enseignes comme Colruyt, Schiever ou Monoprix sur ses MDD ont arrêté la vente d’oeufs de poules élevées en cage dont les conditions de vie ont été maintes fois dénoncées, tandis que des industriels comme St Michel n’en utilisent plus dans leurs recettes. Plus récemment, c’est Carrefour qui a pris position. En collaboration avec L 214 et l’association végétarienne de France, le premier distributeur mondial a lancé, en octobre dernier, la première MDD végétarienne. Une gamme de 16 produits signés Veggie qui fonctionne très bien, aux dires du distributeur, et qui, sans nul doute, devrait ouvrir la voie à une démocratisation de ce marché en GMS, comme le bio en son temps. Quant aux acteurs de la viande, sous le feu des polémiques et en proie depuis plusieurs années déjà à une baisse structurelle de la consommation, ce type de vidéo doit les conduire à poursuivre sur la seule voie qui vaille : la qualité et la transparence. Car ce n’est qu’à ce prix que leur avenir économique sera garanti et que la confiance avec les consommateurs sera rétablie !

Florence Bray


Nos partenaires

 

 

 

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA