Hors-série LSA Boissons – Juin 2018

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
HS Boissons Juin 2018

Streetmarketing. Nous sommes en juin. Il fait beau. Après des mois de grisaille, c’est le bon moment pour déambuler dans Paris. Ici et là, des tricycles colorés ou des petites cahutes surmontées de décorations géantes sont entourés d’étudiants distribuant des échantillons. À la clé, parfois, une mini-canette d’une nouvelle marque ou d’un nouveau parfum. Chouette, un rafraîchissement gratuit ! Oui mais, hélas, ces opérations de streetmarketing ont parfois de fâcheuses conséquences : les poubelles aux alentours de ces opérations populaires sont vite remplies, au point de faire éclater les sacs, que l’on devine low cost. À l’arrivée, un amoncellement de cadavres en métal s’est répandu sur la chaussée. Une vue que ne tolèrent plus les citoyens d’aujourd’hui. C’est un trentenaire qui a alerté la rédaction de LSA sur une mission de streetmarketing qui avait dérapé. Près de l’Opéra de Paris, haut lieu touristique, un samedi de juin, toutes les poubelles semblaient avoir été réquisitionnées par une seule marque. « Dommage pour l’image de la propreté de Paris donnée aux visiteurs étrangers », a écrit ce trentenaire dans le mail avec, en pièce jointe, la photo du délit.

Yuka. « Vous connaissez Yuka ? Je ne fais plus mes courses de la même manière depuis que je l’utilise ! » C’est une acheteuse de la grande distribution qui nous a avertis de l’existence de cette application identifiée par une carotte. En scannant un produit, Yuka indique s’il est excellent, bon, mauvais ou médiocre, dit ses défauts (trop d’additifs, de calories, de sucre…) et ses qualités (protéines, fibres, etc.). « Quand je fais mes courses avec mes enfants, cela les amuse, et Yuka me permet de les convaincre que tel ou tel produit n’est pas bon », poursuit notre acheteuse. Le site précise que l’évaluation est indépendante et fondée sur trois critères : la qualité nutritionnelle, qui repose sur le Nutriscore (60 % de la note) ; la présence d’additifs (30 %) ; et la dimension biologique (10 %). « Cela fera Pschitttt », nous dit un autre acheteur à qui nous parlons de cette application. En attendant, Yuka a été téléchargée plus de 2 millions de fois.

Endroit central. En juin, c’est le traditionnel bal des foires aux vins. Entendez que toutes les enseignes proposent sur une journée aux journalistes pro de la dégustation de découvrir une sélection de nectars qui seront vendus lors de leurs foires aux vins. Une journée à ne pas rater donc… pour avoir « de bons papiers ». Comme pour beaucoup, le temps des journalistes est compté. Cette année, il est arrivé qu’ils doivent se rendre dans quatre endroits différents pour quatre enseignes différentes, et cela entre 11 et 16 heures. Un cauchemar d’organisation. Dans ces cas-là, le loft hyper sympa mais pas facile d’accès – à dix minutes d’une station de métro, loin d’une borne de Vélib… – est à bannir… Si l’on veut éviter les grognements des journalistes. Moralité de ces trois histoires. Le droit à l’erreur n’est plus de cette époque et il faut faire avec.

sylvie.leboulenger@lsa.fr

Nos partenaires

 

 

 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA