Hors-série LSA Boissons – Mars 2019

HS

Chaque année, il y a des mots magiques qui émergent. Magiques dans le sens où une profession se les approprie et tente d’en faire une tendance. L’an dernier, par exemple, au rayon bières sont apparues en abondance des IPA, pour India Pale Ale. Un style de bière de caractère qui montrait le savoir-faire des brasseurs. Il y avait ceux qui savaient brasser une IPA, et les autres. Cette année, LSA a relevé quatre mots magiques. Primo, le citron. L’agrume au jus acidulé est l’un des musts du rayon des boissons sans alcool, et cela après des années où les acteurs étaient allés chercher des fruits inconnus, exotiques ou détenant de superpouvoirs. Retour donc à de la simplicité avec ce parfum synonyme de naturalité et de soleil, le citron. Il faut dire que, l’an dernier, les innovations qui ont cartonné comme Pulco Fines Bulles et Badoit Bulles de Fruits en contenaient. Alors, les citronnades et autres aromatisations au citron seront légion au printemps.

Autre mot vertueux : infusion. Pas les « pissemémé » ou les, « spéciale digestion », mais celles, plus sexy, qui indiquent que le thé ou les fruits ont réellement infusé dans un liquide. Comme le thé dans les boissons au thé. Avec un gros sous-entendu : celles qui ne peuvent prétendre au mot « infusion » se contentent de poussières de thé. Il y a aussi des rhums ou des vodkas, dans lesquels des fruits ou des plantes ont infusé dans l’élixir. « Infusé » est alors un adjectif beaucoup plus classe que «trempé». Sur internet, des tutoriels permettent à chacun d’essayer de créer ses propres spiritueux infusés.

À côté de ces deux mots bien connus, deux autres expressions vont apparaître. Le rPET, pour raccourcir une expression barbare –polyéthylène téréphthalate – et le r pour signifier recyclé. Les consommateurs n’acceptent plus que les océans soient pollués par le plastique, qui nuit terriblement à la faune marine. Le gouvernement non plus, qui finalisera «avant l’été» une loi issue de la Frec (feuille de route pour l’économie circulaire). C’est Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique, qui veille sur ce sujet. Reste qu’à l’heure où nous écrivons, elle n’a pas encore annoncé son intention de rejoindre la liste des Européennes pour LREM. Si tel était le cas, que deviendrait ce projet de loi? En attendant, et comme pour se mettre en ordre de marche, les industriels modifient leurs packagings et incorporent du rPET dans leurs nouveaux emballages en plastique afin que ceux-ci ne soient plus à usage unique.

Toujours sur le registre environnemental, devrait apparaître sur les bouteilles de vin le logo HVE, pour Haute Valeur environnementale. Un logo qui devrait être transversal à toutes les filières agricoles et qui émane des services du ministère de l’Agriculture. Un logo de plus que les consommateurs vont devoir apprendre à déchiffrer. Les Anglo-Saxons font plus simple: ils apposent un très compréhensible «sustainable» (durable en français) sur tout ce qui l’est…

SYLVIE.LEBOULENGER@LSA.FR

Nos partenaires

         

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA